Le Majordome -sorti en salles françaises le 11 septembre dernier- a tout du film historique de luxe prêt à engranger les Oscars : succès aux Etats-Unis, le film raconte près de cinquante ans de l'histoire américaine, de la lutte contre la ségrégation à l'élection d'Obama à travers l'histoire de Cecil Gaines (Forest Whitaker), employé à la Maison blanche et qui servit sept Présidents... Le tout servi par un casting hallucinant, de Oprah Winfrey à Alan Rickman en passant par Jane Fonda, John Cusack et Lenny Kravitz.Mais ce biopic glorieux est réalisé par Lee Daniels, qui a signé les drames limite hardcore Precious et Paperboy. Avec Le Majordome, il s'est assagi sur la forme mais pas sur le fond, comme il nous l'a expliqué lui-même face caméra au dernier Festival de Deauville, en évoquant notamment les difficultés rencontrées pour financer le film. Forest Whitaker - qui est bien placé avec ce film sur les nommés aux Oscars - également présent, parle avec enthousiasme de l'avenir d'un certain cinéma black qui semble enfin s'affirmer.Voir aussi notre critique du Majordome : "une vision plus noire de l'histoire américaine"