My Fair Lady
Park Circus/ Warner Bros

Un sommet de la comédie musicale est à l’honneur ce soir de « Place au cinéma » sur France 5, présenté par Dominique Besnehard

Un triomphe de Broadway

Un éminent professeur de phonétique londonien rencontre, en 1912, une marchande de fleurs d’origine modeste qu’il décide de métamorphoser en jeune femme distinguée, en mettant en pratique ses théories linguistiques… Inspiré de Pygmalion, la pièce de George Bernard Shaw, My Fair Lady fut d’abord une comédie musicale créée à Broadway le 15 mars 1956 avec, en vedettes Julie Andrews et Rex Harrison et un immense succès à la clé : 2717 représentations jusqu’en 1962. Soit du jamais vu dans l’histoire de Broadway à l’époque ! Lauréat d’un Tony Award en 1957, My Fair Lady sera aussi récompensé de l’Oscar du meilleur film en 1964. Le premier pour le studio Warner depuis Casablanca en 1942. Et l’un des quatre seuls longs métrages à ce jour à avoir cumulé Tony et Oscar. Suivront La Mélodie du bonheur, Un homme pour l’éternité et Amadeus.

Julie vs Audrey

Si Peter O’Toole, Cary Grant ou Rock Hudson furent envisagés, Rex Harrison – le Jules César du Cléopâtre de Mankiewicz un an plus tôt – a finalement été choisi pour reprendre le rôle du professeur de phonétique qu’il avait créé sur scène. Mais la Warner n’a pas souhaité l’associer de nouveau à sa partenaire Julie Andrews, alors vierge de toute expérience sur grand écran et incapable donc à leurs yeux de porter un film à 17 millions de dollars sur ses épaules. Julie Andrews en sera évidemment marrie mais se consolera quelques semaines plus tard quand Disney lui offrira le rôle qui fera d’elle une star : Mary Poppins. Contre l’avis de Rex Harrison qui s’est battu en vain, la Warner lui a donc préféré Audrey Hepburn qui venait de triompher dans Charade de Stanley Donen. Et ce même si, contrairement à Julie Andrews, Audrey Hepburn n’était pas chanteuse de formation

Audrey Hepburn doublée

Inimaginable évidemment pour Audrey Hepburn d’être doublée ! Donc pendant les six semaines qui précèdent le tournage de My Fair Lady, elle bosse d’arrache- pied au quotidien avec une coach et le directeur musical du film, André Previn, et enregistre les chansons qu’elle est censée interpréter à l’écran. Sauf que Jack L. Warner en personne met son veto et décide de la faire doubler dans énormément de scènes chantées – pour des questions de tessiture - par Marni Nixon. Une habituée de l’exercice puisqu’elle avait déjà prêté sa voix à Deborah Kerr dans Le Roi et moi et à Natalie Wood pour West Side Story. Furieuse, Audrey Hepburn affirmera plus tard qu’elle n’aurait jamais accepté le rôle si elle avait su qu’elle serait autant doublée. Et cette situation explique en grand partie pourquoi elle ne fut même pas nommée aux Oscars, où triompheront le film, son réalisateur George Cukor et son partenaire Rex Harrison. Et qui remporta la statuette ? Julie Andrews pour Mary Poppins !

A lire aussi sur Première

Trois choses à savoir sur… Mortelle randonnée

Le film de Claude Miller est à l’honneur ce soir de « Place au cinéma » sur France 5, présenté par Dominique Besnehard

Trois choses à savoir sur… La Menace

Alain Corneau et Yves Montand sont à l’honneur ce soir de « Place au cinéma » sur France 5, présenté par Dominique Besnehard