Spike Lee / Samuel L. Jackson Oscars 2019
Montage : ABACA / Capture d'écran Variety

"A chaque fois que quelqu’un conduit quelqu’un, je perds !"

La soirée de Spike Lee était presque parfaite. Récompensé pour la première fois de sa carrière par l’Académie (il avait reçu un Oscar, mais d’honneur, en 2016), grâce au scénario de BlacKkKsman, le cinéaste a terminé sur une mauvaise note en voyant Green Book remporter l’Oscar du meilleur film, et n’a pas manqué de partager son mécontentement en salle de presse. Un coup de sang de plus qui s’ajoute à sa légende. 

Oscars 2019 : Green Book sacré meilleur film, Rami Malek meilleur acteur (palmarès complet)

Flashback. Il fait encore jour à Los Angeles quand Spike Lee débarque sur le tapis rouge des Oscars, flamboyant dans son costume purple à la Prince, "Love Symbol" autour du cou, chaussettes "gangsta", paire de Air Jordan dorées aux pieds (rehaussées du logo de sa compagnie, 40 Acres & A Mule Filmworks) et poings américains "Love & Hate" en clin d’oeil à ceux portés par feu Bill Nunn dans Do the right thing. Un choix qui s’avérera prémonitoire. 

Spike Lee Oscars 2019
Montage : Instagram Spike Lee

Mais pour l’heure, Lee est aux anges, et il s’arrête volontiers au micro de Canal Plus où il lâche plusieurs ""vive la France !". Car c’est à Cannes que la belle histoire et le succès de BlacKkKsman ont commencé : "je ne l’oublierai jamais", assure-t-il à Kad Merad et Didier Allouch. 

Tout se passe donc pour le mieux, et Spike Lee a déjà l’impression de gagner, par procuration, quand Ruth E. Carter monte sur scène pour recevoir l’Oscar des meilleurs costumes pour Black Panther. Il lui avait offert son premier boulot dans School Daze (1988), le début d’une longue collaboration qui s’est poursuivie avec Do the Right Thing, Mo’ Better Blues, Jungle Fever, Malcolm X, et plus récemment Chi-Raq

Mais le climax de la soirée arrive pour Spike Lee quand il reçoit l’Oscar du meilleur scénario adapté des mains de son ami Samuel L. Jackson. Les deux hommes se jettent dans les bras l’un de l’autre sous l’ovation du public. "Ne démarrez pas ce putain de chrono", demande le réalisateur avant de se lancer un dans un discours engagé dont il a le secret. 

 

Grisé par ce premier (et dernier) Oscar, Spike Lee pensait-il sincèrement remporter aussi le meilleur film avec son BlacKkKlansman ? Suffisamment pour piquer une petite colère quand Green Book de Peter Farrelly est annoncé vainqueur. Selon le récit d’un journaliste d’AP, Lee aurait même quitté son siège et tenté de quitter la salle avant d’en être dissuadé et de regagner son siège à la fin du discours. D'après Variety, Jordan Peele, qui produit le film, n’aurait pas non plus applaudi la victoire de Green Book

Oscars 2019 : Comment Green Book a battu Roma

Quelques minutes plus tard, Spike Lee débarque en conférence de presse et lâche, un verre à la main : "c’est ma sixième coupe, et vous savez pourquoi !" Il se réjouit tout de même d’avoir remporté une statuette et fait un clin d’oeil aux Oscars 1990, où Do the Right Thing avait perdu dans la catégorie scénario face à … Miss Daisy et son chauffeur, par ailleurs sacré meilleur film : "A chaque fois que quelqu’un conduit quelqu’un, je perds !" Et sa tentative de sortie ? "J’ai cru que j’étais au bord du terrain au Madison Square Garden (où joue son équipe de basket favorite, les New York Knicks) et que l’arbitre avait pris une mauvaise décision". 

Mais Spike Lee ne dira pas le fond de sa pensée sur Green Book, qui a été accusé de nourrir le mythe du "sauveur blanc" (sans oublier les vieux tweets islamophobes du scénariste Nick Vallelonga ou le "N-word" lâché par Viggo Mortensen lors d’une avant-première en public), se contentant d’un "question suivante !" quand on lui demande son avis sur le film. Soit exactement la même réponse qu’il nous avait faite au Festival de Cannes quand on l’avait interrogé sur Detroit de Kathryn Bigelow… 

Pas complètement mauvais perdant, il finira par poser au côté de Mahershala Ali, récompensé pour son second rôle dans Green Book. On cherche toujours, en revanche, la trace d’une accolade avec Peter Farrelly.  "Love & Hate", c’était bien le thème des Oscars 2019 pour Shelton Jackson "Spike" Lee.  

Spike Lee et Mahershala Ali - Oscars 2019
ABACA