La Chèvre (1981)
Gaumont

Le réalisateur du classique avec Pierre Richard et Gérard Depardieu se souvient des sables mouvants en riant.

Ce soir, France 4 rediffusera La Chèvre (1981), quelques jours après avoir proposé Les Fugitifs (1986). La chaîne programme ces classiques de la comédie dans le désordre, mais qu'importe : la complicité entre Gérard Depardieu et Pierre Richard est si forte qu'ils se revoient toujours avec plaisir. Sans compter que La ChèvreLes Compères et Les Fugitifs ne sont pas de véritables suites, mais bien trois histoires distinctes simplement réalisées et portées par les mêmes artistes.

La Chèvre, Les Fugitifs, Les Compères : Gérard Depardieu et Pierre Richard, un duo complice qui ne se démode pas !

Pour patienter juqu'à 21h, le réalisateur de La Chèvre nous explique comment Pierre Richard s’enfonce tout seul dans des sables mouvants devant un Gérard Depardieu hébété.

Précieuse caméra

"À cette époque, on tournait à une caméra, il fallait prendre des précautions. Eh bien, figurez-vous que les Mexicains l’ont égarée pendant quatre jours ! Avec eux, c’était tout le temps “momentito” [“un moment”]. Rien n’était jamais grave, ils prenaient leur temps... Bref, pour en revenir à cette scène, j’ai simplement réalisé un plan fixe large quand Pierre descendait, puis des champs/contrechamps rapprochés sur lui et Gérard. La situation est tellement efficace en soi que la mise en scène se devait de la mettre en valeur. On l’a mise en boîte en une journée."

On verra bien

"Qu’est-ce qui pour rait arriver à un malchanceux dans un désert ? S’enfoncer dans les sables mouvants, tout simplement. Voilà comment est née cette scène, sur ma machine à écrire. Je ne me suis jamais demandé si elle était faisable ou pas, sachant que je ne retouche pas les dialogues ni les situations sur le tournage. Le scénariste ne pense jamais au metteur en scène. C’est tellement difficile de trouver une idée que si vous vous posez des questions, vous n’écrivez plus rien. C’est au moment où vous vous retrouvez face à l’obstacle qu’il faut essayer de passer."

De haut en bas

"Il fallait évidemment utiliser des effets mécaniques pour que Pierre Richard s’enfonce dans le sable. Les spécialistes mexicains étaient ingénieux pour ce genre de truc. Ils avaient installé dans le sol une espèce de cuve avec un système de vérins, actionné à distance, qui montait et descendait électriquement. La cuve était remplie d’eau et à sa surface nageaient plein de morceaux de liège de la couleur du sable environnant. Quand Pierre descendait, le liège se reformait tout de suite autour de ses jambes. L’illusion était par faite."

Clown triste

"On n’imagine pas que les clowns, comme Pierre Richard, souffrent. Alors quand il descendait dans cette cuve jusqu’au cou, on avait tendance à l’oublier! Je me souviens qu’à un moment, entre deux prises, je discutais avec les techniciens des améliorations à apporter quand soudain, j’ai entendu une petite voix dire timidement “s’il vous plaît”. Je me suis retourné en répondant assez durement “quoi ?”. “J’ai très chaud à la tête”, a murmuré Pierre qui était rouge comme une tomate... On a davantage fait attention par la suite."

Depardieu l’outsider

"Gérard est mer veilleux dans cette scène. Regardez-le bien, il pleure presque, tellement il est désemparé par le personnage de Pierre. À l’époque, c’était déjà un génie total mais qui n’avait pas le niveau de notoriété de son partenaire. Il était uniquement apprécié des cinéphiles pour ses rôles chez Blier, Bertolucci, Pialat... D’ailleurs, son cachet était bien inférieur à celui de Pierre, qui a contractuellement perçu un intéressement colossal sur les bénéfices. Tout cela a évidemment été remis à plat, dès le film suivant, Les Compères."

Question de bon sens

"Nous avons dû repérer un coin de désert mexicain où le sol était parfaitement nivelé de façon à ce que les deux personnages soient à égalité, avec l’un des deux qui descend lentement. C’est juste une question de bon sens. Dans le très mauvais remake américain [Danger public, 1991], la réalisatrice, Nadia Tass, ne l’a pas compris. Elle a choisi un terrain inégal, retirant à la scène tout son potentiel de comédie. Faut-il être stupide !"

L'histoire de La Chèvre : La fille du Grand PDG Bens est tellement malchanceuse qu'elle se fait enlever alors qu'elle est en vacances au Mexique. Pour la retrouver, son père engage le détective privé Campana qu'il associe à un gaffeur invétéré dans l'espoir qu'il le rapproche de sa fille...

Bande-annonce :

A lire aussi sur Première

Les films à la télé du jeudi 31 décembre : La chèvre, Le marginal et Monstres et Cie

Pour ce dernier jour de l'année 2015, le cinéma populaire est à l'honneur, et ce des deux côtés de l'Atlantique avec le tandem Pierre Richard/Gérard Depardieu, un classique de Belmondo et l'un des nombreux chef-d'oeuvres de Pixar.

Ma scène culte de Gremlins, par Joe Dante

Le cinéaste culte évoque la scène de la cuisine dans Gremlins.