Le top des films de sous-marins
Pathé/Paramount/Spéva Films/Warner Bros/Gaumont

Les Maudits, film de guerre de René Clément, revient ce soir sur Arte.

Début 2019, à l'occasion de la sortie du Chant du Loup, Première établissait son top 5 des meilleurs films de sous-marins. Nous le partageons aujourd'hui à l'occasion de la rediffusion des Maudits, long métrage réalisé par René Clément, en 1947. L'histoire ? En 1945, aux derniers jours de la guerre, un sous-marin quitte Oslo, emportant à son bord des chefs allemands et diverses personnalités dévouées à la cause nazie. Une jeune médecin français est également emmené de force pour soigner une passagère blessée. Bientôt, à bord du sous-marin, des intrigues se nouent, des haines surgissent puis une mutinerie éclate.

Les Félins, de René Clément : Alain Delon et Jane Fonda dans un huis-clos immanquable

Le top des films de sous-marins :

Le plus classe — Opération dans le pacifique

(George Waggner, 1951) Dans les 50s, les studios américains multiplient les films de sous-marins pour cristalliser angoisses politiques et promotion des troupes dans un espace clos. John Wayne est un commandant de sous-marin qui doit gérer sa love story avec Patricia Neal et les combats dans le Pacifique. On ne sait pas qui du charisme du Duke ou des torpilles fait le plus d’étincelles.

Le plus réaliste — Das boot

(Wolfga NG Petersen, 1981) En 1941, l’équipage d’un sous-marin allemand plonge pour une maraude. Das Boot embarque le spectateur dans les entrailles du U-96. On est au plus près des hommes, de leurs angoisses et de leurs doutes, attendant un ennemi qu’on ne verra jamais. Aucune exaltation patriotique. Juste la peur, le chaos et la folie. Les coursives n’ont jamais paru si étroites.

Le plus français — Les Maudits

(René Clément, 1947) On pensait que le genre n’avait jamais eu sa déclinaison tricolore. Jusqu’à ce qu’on se souvienne de ce film qui nous propulse dans un sous-marin rempli de nazis et de collabos en route pour l’Argentine. Entre le Cluedo règlement de comptes et l’aventure exotique, Les Maudits brille par les dialogues acerbes de Jeanson et la lumière folle d’Alekan. Très français donc.

Le plus cool — USS Alabama

(Tony Scott, 1995) Un officier idéaliste (Denzel Washington) affronte son supérieur cintré (Gene Hackman), dans cette variation sur Les Révoltés du Bounty dégoupillée par le duo de Top Gun (Tony Scott et Jerry Bruckheimer), en très grande forme. Les dialogues font référence à des classiques du genre comme Torpilles sous l’Atlantique. Normal : il s sont signés Quentin Tarantino.

Denzel Washington commente ses 5 films avec Tony Scott

Le plus parfait — A la poursuite d’Octobre rouge

(John McTiernan, 1990) Ne cherchez pas. Le chef-d’œuvre absolu de ce merveilleux sous-genre qu’est le film de sous-marin, c’est celui-ci : la première adaptation ciné de Tom Clancy, qui confirmait à l’époque la suprématie stylistique de John McTiernan, tout juste sor ti de Piège de cristal. Un blockbuster intello et implacable, d’un classicisme, euh… insubmersible, oui.

Le Chant du loup : Un grand thriller sous-marin [Critique]