Le chef opérateur Michael Chapman (Taxi Driver, Raging Bull) est mort
United Artists/Variety

Il avait aussi travaillé sur Le Fugitif, SOS Fantômes 2, Bad (le clip de Martin Scorsese pour Michael Jackson) ou L’invasion des profanateurs.

Le chef opérateur Michael Chapman vient de mourir, à l’âge de 84 ans. C’est sa femme, la scénariste et réalisatrice Amy Holden Jones (Beethoven, Sombres soupçons…), qui a annoncé la triste nouvelle à Variety. Formé par le grand réalisateur de la photo Gordon Willis, pour qui il avait été caméraman, notamment sur Le Parrain, de Francis Ford Coppola, et Klute, d’Alan J. Pakula, il a débuté en tant que chef opérateur sur La Dernière corvée, de Hal Hashby, en 1973, puis est devenu célèbre en collaborant avec Martin Scorsese sur Taxi Driver (1976), La Dernière Valse (1978), Raging Bull (1978) ou encore Bad, le clip qu’il a mis en scène pour Michael Jackson, en 1987.

40 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur Taxi Driver

En plus de 40 ans de carrière, il a retrouvé plusieurs fois quelques cinéastes : Scorsese, donc, mais aussi Phillip Kaufman (The White Dawn, L’Invasion des Profanateurs, Soleil levant…), Carl Reiner et son fils Rob Reiner (Les Cadavres ne portent pas de costard, L’homme aux deux cerveaux, Une vie à deux) ou encore Yvan Reitman (SOS Fantômes 2, Un flic à la maternelle, 6 jours, 7 nuit et Evolution). Il a aussi travaillé sur Space Jam, en 1996, et a été nommé à l’Oscar à deux reprises, pour Raging Bull et Le Fugitif, d’Andrew Davis. Il a pris sa retraite en 2007, après Le Secret de Terabithia.

Egalement acteur dans plusieurs films dont il se chargeait de la photo (il apparaît brièvement dans La Dernière corvée, Soleil Levant ou Evolution), il a aussi joué dans des productions dont il n’était pas le chef opérateur, comme Abyss, de James Cameron. Il a réalisé lui-même quatre films dans les années 1980/1990 : L’Esprit d’équipe (l’un des premiers rôles de Tom Cruise), Le Clan de la caverne des ours, Annihilator le destructeur et The Viking Sagas.

Darius Khondji : "C'est grâce au Parrain que j'ai compris ce qu'était la photographie au cinéma"