Daisy Ridley Star Wars
Walt Disney Pictures

"Je crois qu’il n’y a rien de plus important que de savoir dès le départ, là où on a envie d'aller..."

Même si la troisième trilogie Star Wars a été un énorme succès au Box Office mondial, avec 4,4 milliards de dollars de recettes, elle a laissé un drôle de sentiment parmi les fans. Le moins qu'on puisse dire, c'est que Le Réveil de la Force, Les Dernier Jedi et L'Ascension de Skywalker furent trois histoires décousues. Laissant le sentiment qu'il n'y avait pas vraiment de plan large, au départ. Le cinéaste et producteur, J.J. Abrams, assume et dans une récente interview avec Collider, il admet :

"C'est une leçon que j'ai apprise à plusieurs reprises dans ma carrière, encore plus dans cette année de pandémie : il est important d'avoir un plan, de planifier les choses du mieux  possible, et de toujours être en mesure de répondre à l'inattendu. Et l’inattendu peut prendre toutes sortes de formes. Au final, je crois qu’il n’y a rien de plus important que de savoir dès le départ, là où on a envie d'aller (avec un film)."

Michael B. Jordan raconte son audition catastrophique avec JJ Abrams pour Star Wars

En outre, JJ Abrams explique également que, parfois, il faut accepter que le plan prévu ne correspond pas à ce que les fans attendaient :

"Vous ne savez jamais vraiment comment ça va se passer... Mais j'ai appris - et parfois de façon brutale - qu'avoir un plan est la chose la plus essentielle. Car sinon, vous ne savez pas ce que vous mettez en place. Vous ne savez pas sur quoi mettre l’accent. Or, si vous ne connaissez pas l'histoire incontournable (du film), vous ne valez que par votre dernière séquence d'action, votre dernier effet spécial ou blague ou autre. Mais ce qu'on veut vraiment (avec un film), c'est amener l'histoire vers quelque chose d'inévitable..."

Effectivement, on se dit que, peut-être, la dernière trilogie Star Wars aurait gagné en cohérence, si un plan clair avait été établi dès le départ.