First Man Damien Chazelle Ryan Gosling
Universal Pictures International France

Ryan Gosling et les enfants de Neil Armstrong vs. Buzz Aldrin.

First Man, le nouveau film de Damien Chazelle (WhiplashLa La Land), fait beaucoup parler de lui depuis sa projection en avant-première à la Mostra de Venise. Pour les critiques très positives qu’il a reçues ? Oui, mais pas seulement. C’est une histoire de drapeau américain - ou plutôt d’absence de drapeau américain - qui agite la toile.

Le film, qui retrace l’histoire du premier homme sur la lune, en la personne de Neil Armstrong, est accusé par certains de ne pas être "patriotique". Ces critiques s’appuient sur l’absence à l’écran de la scène où est planté le drapeau américain. Ce qui pourrait apparaître comme un simple détail ici a provoqué un véritable débat outre-Atlantique.

Mostra de Venise 2018 : Ryan Gosling ouvre le bal avec Claire Foy, Damien Chazelle, Vanessa Redgrave, Naomi Watts, Guillermo del Toro…

Tout est parti d’une déclaration de Ryan Gosling, qui interprète Neil Armstrong dans le film, lors d’une conférence de presse. L’acteur a déclaré qu’il considérait avant tout les premiers pas sur la lune du célèbre astronaute "comme une réussite humaine", et non pas comme un exploit national. Le sénateur américain Marc Rubio s’est empressé de réagir sur Twitter, critiquant l’absence dans le film de la célèbre image du drapeau américain planté sur le sol lunaire : "Le peuple américain a payé pour cette mission ; les fusées, la technologie et les astronautes étaient américains. Ce n’était pas une mission des Nations Unies."

Damien Chazelle a rappelé dans un communiqué daté du 31 août que le drapeau américain apparaissait à de multiples reprises dans le film. "Dans First Man, je montre le drapeau américain sur la surface de la lune, mais l’instant précis où le drapeau est planté fait partie des quelques moments de la mission Apollo 11 sur lesquels j’ai décidé de ne pas m’étendre."

Nouveau trailer intense de First Man avec Ryan Gosling

Le réalisateur a affirmé qu’il ne s’agissait absolument pas d’un choix politique. "Mon objectif avec ce film était de partager avec les spectateurs les aspects non connus de la mission américaine sur la lune - en me concentrant plus particulièrement sur la saga personnelle de Neil Armstrong et ce qu’il a pu penser et ressentir durant ces quelques heures. (…) J’espère qu’en creusant sous la surface et en humanisant l’icône, nous comprendrons mieux à quel point ce moment a été difficile, audacieux et héroïque."

L’acteur Jason Clarke, qui interprète Edward White, le premier astronaute de l’histoire à avoir effectué une sortie extravéhiculaire dans l’espace, a qualifié cette polémique d’"insensée""C’est stupide et naïf. Bien sûr que le film célèbre l’une des plus grandes actions de l’histoire d’Amérique et des Américains, de l’humanité et du genre humain", a-t-il déclaré au Festival de Deauville.

Mostra de Venise : les frères Coen, Jacques Audiard, Alfonso Cuaron, Damien Chazelle et Yorgos Lanthimos sélectionnés

Les principaux intéressés ou leurs descendants ont également réagi. Rick et Mark Armstrong, les fils de Neil Armstrong, décédé en 2012, ont publié un communiqué commun avec James R. Hansen, l’auteur du livre First Man, pour soutenir le film. Ils ont tenu à rappeler, comme Damien Chazelle, que le film est avant tout sur Neil Armstrong et sa propre expérience - ce qui n’en fait pas un film antipatriotique. "Nous ne pensons absolument pas que ce film est le moins du monde anti-américain. Nous pensons même le contraire. Mais ne nous croyez pas sur parole. Nous encourageons tout le monde à aller voir ce film remarquable et à juger par eux-mêmes", ont-ils déclaré.  

Le célèbre astronaute Buzz Aldrin semble lui aussi avoir choisi son camp. Il a posté dimanche dernier sur Twitter une photo de lui en train de planter le drapeau américain sur la surface de la lune. Le post est accompagné des hashtags #ProudToBeAnAmerican et #OneNation.

Le drapeau américain aura rarement autant semé la discorde. First Man sortira sur nos écrans le 17 octobre prochain.

A lire aussi sur Première