DR

Cette semaine, il joue le père de Kamini. Mais Marc Zinga est également passé par 007 Spectre, Dheepan ou plus récemment La Fille inconnue des Dardenne.

Si on vous dit Marc Zinga, il y a de fortes chances pour que vous répondiez "qui ça?". Pourtant l'acteur de 31 ans a déjà pas mal roulé sa bosse, dans le cinéma français comme international. Après des débuts en 2009 dans Diamant 13 au côté de Gérard Depardieu ("Depardieu, quand il arrive sur un plateau, il nous a déjà tous mangés", expliquait-il à Première en 2015), Zinga enchaîne sur Je suis supporter du Standard, avant de bifurquer vers la télé pour la saison 4 d'Engrenages. Mais c'est en 2013 qu'il entre vraiment dans la grande famille du 7e art, avec Les Rayures du zèbre, une comédie sur le milieu du foot où il donne la réplique à Benoît Poelvoorde. Le Belge originaire du Congo reçoit le Magritte - équivalent des César - du Meilleur espoir masculin.

Qu’est devenu Kamini ?

L'année d'après, il est remarquable dans Qu’Allah bénisse la France d'Abd Al Malik. Le film suit le parcours de Régis, enfant d'immigrés, noir, surdoué, élevé par sa mère catholique avec ses deux frères, dans une cité de Strasbourg. Le rôle lui vaut cette fois le César du Meilleur jeune espoir masculin et une visibilité inédite. Après un rôle dans Jamais de la vie mi-2015, il se fait embaucher par Jacques Audiard pour Dheepan (il faut bien le chercher pour le trouver) quelques mois plus tard et joue la même année dans 007 Spectre, le dernier James Bond en date ! Marc Zinga y incarne l'assistant de Christophe Waltz et a droit à plusieurs minutes à l'écran dans une des franchises les plus courues de la planète.

"Quand ils m’ont appelé pour me dire que j’étais pris, j’avais de nouveau 7 ans et j’étais dans le plus grand magasin de jouets au monde", confiait-il à Première l'année dernière. "Je suis très chanceux. Le travail et l’abnégation ne suffisent pas, c’est certain. Des acteurs talentueux, cela court les rues. Je remercie donc le ciel d’avoir été là au bon endroit au bon moment. C’est une combinaison de choses dont la pointe constitue ma participation au James Bond. Parce que cela appartient à la conscience collective. C’est le petit coup de projecteur qui m’a offert une véritable visibilité", expliquait-il à nos confères du site DH.be.

Les Dardenne et Bienvenue à Marly-Gomont

Marc Zinga n'en reste pas là et continue de tourner. Les Dardenne font appel à lui pour un petit - mais crucial - rôle dans La Fille inconnue, présenté en compétition au dernier Festival de Cannes. Cette semaine, il est à l'affiche de Bienvenue à Marly-Gomont, où il incarne le père du rappeur Kamini. L'histoire d'une famille de Kinshasa qui s'installe dans un village de Picardie, après que le chef de famille a accepté l’opportunité d’un poste de médecin de campagne. Une comédie populaire qui pourrait bien faire un carton au box-office, en l'absence de concurrence sérieuse ce mercredi. Et ouvrir de nouvelles portes à Marc Zinga, déjà dans l'après Bienvenue à Marly-Gomont : "On s'apprête à commencer un tournage avec Denis Podalydès et Alexandra Lamy, notamment. Le film s'appelle Nos résistants et fait le portrait d'Addi Bâ, un maquisard guinéen qui a fondé l'un des premiers réseaux de résistance vosgiens", annonce-t-il au site belge Le Vif. 

Une belle évolution pour ce petit gars qui a été piqué par le virus du jeu à "6-7 ans. Un jour, le maître nous fait écouter Le soleil a rendez-vous avec la lune, de Charles Trenet et se met à danser devant nous. Je n’avais jamais vu des jambes bouger comme ça. Ce swing a été un vrai choc ! Depuis, j’ai toujours cherché à transmettre la stupéfaction". 

Prochainement au Cinéma