Albert Dupontel – Adieu les cons : "C’est grave, si on ne peut plus voir les films"
Gaumont/Première

Le réalisateur exprime ses inquiétudes en ces temps d'épidémie de Covid-19 dans Première.

Alors qu'on vient d'apprendre qu'un couvre-feu allait être imposé dans plusieurs grandes villes de France à partir de ce week-end, la sortie d'Adieu les cons, d'Albert Dupontel, sera-t-elle repoussée ? Le nouveau film du réalisateur de Bernie et de 9 mois ferme est censé sortir mercredi au cinéma, mais si de nombreuses séances doivent être supprimées à travers l'Hexagone, Gaumont pourrait décider de le reporter ? En couverture du numéro de Première de ce mois d'octobre 2020, Albert Dupontel a répondu à nos questions au cours d'un long entretien, et il a justement évoqué l'épidémie de Covid-19, très conscient qu'elle avait un lourd impact sur l'industrie du cinéma.

"Avec le Covid, les cartes ont été rebattues par la nature d’une manière spectaculaire, analyse le cinéaste. La question n’est plus tellement de savoir si les gens vont vouloir voir le film, mais s’ils vont le pouvoir. Et c’est grave, si on ne peut plus voir les films, parce que la culture, c’est vraiment ce qui fonde l’identité d’un peuple."

Couvre-feu pour les cinémas : de nouveaux reports de films à craindre ?

L'histoire d'Adieu les cons : " Lorsque Suze Trappet apprend à 43 ans qu’elle est sérieusement malade, elle décide de partir à la recherche de l'enfant qu’elle a été forcée d'abandonner quand elle avait 15 ans. Sa quête administrative va lui faire croiser JB, quinquagénaire en plein burn out, et M. Blin, archiviste aveugle d’un enthousiasme impressionnant. À eux trois, ils se lancent dans une quête aussi spectaculaire qu’improbable."

Bande-annonce d'Adieu les cons, porté par Virginie Efira, Nicolas Marié et Albert Dupontel :

Exclu - Pourquoi Albert Dupontel aime tant les acteurs belges