DR

Moi, j’ai passé mon week end à Bali, en Indie et à Rome. Et vous ? Heureusement que ce voyage m’a couté que le prix d’un billet de cinéma…et, encore mieux, le prix d’un billet du cinéma en dollars car je l’ai vu à New York où le film vient de sortir. Je parle de l’adaptation du best-seller « Eat. Pray. Love. » ou « Mange. Prie. Aime. » au grand écran. C’est Ryan Murphy qui a réalisé le film – alors c’était dans les bons mains.Je vais commencer cette critique de film en disant la vérité (en fait, je ne commence jamais une critique avec une mensonge, mais bon, vous comprenez) : je n’ai pas aimé le livre « Mange. Prie. Aime. » d’Elizabeth Gilbert. Oui, je sais - tout le monde a adoré ce livre best-seller qui a cartonné partout dans le monde. Mais, à part un drôle de petit tour de Rome au début, je trouvais le personnage et son histoire banale et sans intérêt. Il s’agit de la quête spirituelle d’une femme (Julia Roberts) qui mange en Italie, qui prie en Inde et qui aime à Bali pour essayer de trouver le sens de sa vie âpres une divorce. Même si le livre n’est pas terrible, la version cinématographique est réussie. C’est un peu « cheesy » et cliché, mais c’est un film Hollywoodien alors on n’est pas étonné par ça. Julia Roberts est… ben, c’est Julia Roberts comme on aime. C’est un plaisir de retrouver notre chère Pretty Woman pendant 2h13minutes.Peut-être que le livre manquait les beaux James Franco et Javier Bardem, et aussi les beaux paysages de Bali, de l’Inde et des rues de Rome ? Ca doit être ça car tous ces éléments sont agréables à regarder aussi. Sans mentionner des gros plans d’assiettes de pâtes et de pizzas absolument délicieux – avertissement : n’allez pas voir ce film ventre vide, vous allez souffrir. (Moi, personnellement, je l’ai vu entourée de spectateurs américains en train de mâcher leur popcorn.)Le film à tout pour plaire aux Américains qui adorent manger, prier et aimer, mais je pense que vous allez l’aimez aussi en France (surtout si vous êtes du sexe femelle car c’est un vrai « chick flick »).Les seconds rôles sont formidables – Javier Bardem est very sexy et Hadi Subiyanto est trop mignon en homme de médecine à Bali. Mention spéciale à’homme de ma vie (il n’est pas encore au courant, mais je le sais, c’est sure qu’on est âmes sœurs) James Franco qui incarne un jeune acteur bobo à New York. Alors, mangez, priez, aimez … et ne pensez pas trop – c’est un film pour se divertir, pour s’échapper à Rome et à Bali sans le prix d’un billet et de pouvoir se réfléchir sur nos vies en tranquille méditation. Alors inspirez, expirez… Ohmmmmmmmmmm.