DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

L'été dans les films

Do the Right Thing (Spike Lee, 1989)

Plein soleil (René Clément, 1960)

Kids (Larry Clark, 1995)

Conte d'été (Eric Rohmer, 1996)

Summer Wars (Mamoru Hosoda, 2009)

L'été de Kikujiro (Takeshi Kitano, 1999)

Pleure pas la bouche pleine (Pascal Thomas, 1973)

Adieu Philippine (Jacques Rozier, 1962)

Adventureland (Greg Mottola, 2009)

Un été chez grand-père (Hou Hsiao Hsien, 1984)

S'il ne devait rester qu'un film autour de l'été, ce serait celui de <em>Hou Hsiao Hsien</em>. Parce qu'on a jamais vu plus beau portrait de l'enfance, à sa hauteur et celle de l'homme, du temps, de l'espace, d'un pays dont les frontières s'élargissent à une dimension universelle. Parce qu'on a jamais si bien filmé la nature, le moment des vacances, les jeux d'enfants, un regard. L'été qu'on passe chez les grands-parents, c'est un pont, aveugle, dans nos histoires, nos familles, un cristal de souvenir.Suivez l'actu ciné dans le blog cinéma Jérôme Dittmar

Au cinéma, on choisit rarement de filmer durant une saison par hasard. Le climat détermine une ambiance, la couleur du film, son climat. Il n'y a pas une saison privilégiée, toutes sont singulières. Quand on pense à l'été, on pense au soleil et aux vacances ; à une période d'inertie et à la fois où tout s'accélère ; à l'enfance et à l'adolescence ; à nos petites amoureuses ou notre premier rapport ; au temps passé en famille et à l'impermanence des choses ; à des couleurs, des odeurs, un sentiment d'incertitude. En dix films, dix visions d'un cinéma estival.