Bruno Ganz

DPA/ABACA

L'acteur suisse avait incarné, entre autres, un ange dans Les Ailes du désir, Hitler dans La Chute, ou Virgile dans The House that Jack Built de Lars Von Trier.

Bruno Ganz est décédé le 16 février à l'âge de 77 ans : né en Suisse en 1941, il se consacre surtout au théâtre dans les années 60-70. A la fin des années 70, il se fait remarquer grâce à ses rôles dans La Marquise d'O... d'Eric Rohmer et L'Ami américain de Wim Wenders, tous deux sortis en 1976. Sa carrière sera alors internationale : s'il se consacre surtout au théâtre, on le voit dans Ces garçons qui venaient du Brésil de Franklin J. Schaffner, Nosferatu fantôme de la nuit de Werner Herzog, évidemment Les Ailes du désir de Wim Wenders où il joue un ange, L'Eternité et un jour (1998) de Theo Angelopoulos... Spielberg lui aurait proposé le rôle principal de La Liste de Schindler (1994), mais il refusa et le rôle revint à Liam Neeson. En 2004, il incarnait Hitler à quelques jours de sa mort dans La Chute d'Olivier Hirschbiegel, gros succès publice et critique, nommé à l'Oscar du Meilleur film étranger. Récemment, on retient son rôle de vendeur de diamants dans Cartel (2013) de Ridley Scott. L'an passé, il jouait un moine dans le joli Fortuna, et il était dans The House that Jack Built de Lars Von Trier, présenté hors compétition au dernier Festival de Cannes. Il y jouait Virgile, chargé de guider Matt Dillon en enfer. On pourra lui dire adieu dans Radegund de Terrence Malick, ou l'histoire d'un objecteur de conscience allemand pendant la Seconde guerre mondiale : le film, tourné en 2016, n'a pas encore de date de sortie.

A lire aussi sur Première