Kidding critique
showtime

La comédie la plus touchante et déprimante du moment, sur le petit écran.

C'est sûr, ce n'est pas très joyeux. Dans le genre "dramédie" naviguant entre les lignes, Kidding se pose là ! La nouvelle série événement de la chaîne câblée Showtime, qui sera lancée dès dimanche (en France sur Canal + séries), jouit d'une belle poésie mélancolique, détonne parfois, mais a aussi bien du mal à nous faire sourire...

L'histoire suit Jeff Pickles, comédien de télévision répondant au doux nom de Mr. Pickles. Star d'une émission pour enfant, il s'adresse aux chères têtes blondes américaines depuis des années, dans le cadre d'un programme éducatif hyper-populaire, produit par son propre père. Si Mr. Pickles est toujours gentil, joyeux et amusant, ce n'est plus franchement le cas de son alter ego, dans la vraie vie : Jeff est en effet séparé de son épouse depuis de longs mois, après que leur fils a été tué dans un accident de voiture. En plein deuil, il essaye de reconstruire sa vie, dans la douleur, tout en gardant la banane à l'antenne...

Il y a indéniablement quelque chose du Truman Show et d'Eternal Sunshine of the Spotless Mind dans Kidding. Une sorte de croisement lunaire, qui raconterait la face cachée de la télévision et la schizophrénie qu'elle engendre, le difficile équilibre entre le réel et l'imaginaire, entre le sourire de façade et une incommensurable douleur intérieure impossible à effacer... Si la nouvelle série de Showtime est une belle réussite, aussi attachante que déprimante, c'est qu'elle offre un écrin sur mesure au plus grand clown triste du cinéma contemporain.

Kidding critique
showtime

Incroyablement touchant, Jim Carrey parvient à transmettre à travers son visage grimaçant, tellement distinctif, la profonde détresse de Mr Pickles. On souffre avec lui dans son deuil sans fin, dans son divorce inéluctable, dans sa vie de père ratée ou de fils brimé. Sur le papier, Kidding confère à la mélancolie la plus cafardeuse. Et c'est vrai qu'on ne rigole pas beaucoup (à part quand Danny Trejo  se met à chanter comme un enfant de 5 ans). Mais aux manettes, Michel Gondry (réalisateur et producteur) fait encore une fois parler son âme de poète, pour donner à l'ambiance générale une allure chimérique, presque absurde, qui donne à son héros illuminé un côté romanesque et rêveur tellement attendrissant.

Le cinéaste français montre, une fois encore, qu'il sait magnifier comme personne la sensibilité à fleur de peau de Jim Carrey. Quinze ans après Eternal Sunshine, leurs retrouvailles ont quelque chose de vraiment poignant.

Kidding - saison 1 en 10 épisodes - chaque dimanche soir sur Showtime et en France sur MyCanal.