Titre original Waka Okami wa Shogakusei !
Date de sortie 12 septembre 2018
Durée 120 mn
Réalisé par Kitaro Kosaka
Scénariste(s) Reiko Yoshida
Distributeur EUROZOOM
Année de production 2018
Pays de production Japon
Genre Film d'animation
Couleur Couleur

Synopsis

Seki Oriko, dite OKKO, est une petite fille formidable et pleine de vie. Sa grand-mère qui tient l’auberge familiale la destine à prendre le relais. Entre l’école et son travail à l’auberge aux côtés de sa mamie, la jeune Okko apprend à grandir, aidée par d’étranges rencontres de fantômes et autres créatures mystérieuses !

Offres VOD

Pas d'offres actuellement.

Dernières News

Okko et les fantômes, la recette du bonheur [critique]

Okko apprend à devenir aubergiste pour exorciser le deuil de ses parents : un très joli anime nippon qui va surtout vous donner faim.

Photos

Okko et les fantômes affiche
Eurozoom
AFFICHE
Eurozoom / Hiroko Reijo / Asami / KODANSHA / WAKAOKAMI Project
AFFICHE
Eurozoom / Hiroko Reijo / Asami / KODANSHA / WAKAOKAMI Project
GALERIE
Eurozoom / Hiroko Reijo / Asami / KODANSHA / WAKAOKAMI Project
GALERIE
Eurozoom / Hiroko Reijo / Asami / KODANSHA / WAKAOKAMI Project
GALERIE
Eurozoom / Hiroko Reijo / Asami / KODANSHA / WAKAOKAMI Project
GALERIE
Eurozoom / Hiroko Reijo / Asami / KODANSHA / WAKAOKAMI Project
GALERIE
Eurozoom / Hiroko Reijo / Asami / KODANSHA / WAKAOKAMI Project
GALERIE
Eurozoom / Hiroko Reijo / Asami / KODANSHA / WAKAOKAMI Project
GALERIE
Eurozoom / Hiroko Reijo / Asami / KODANSHA / WAKAOKAMI Project
GALERIE
Eurozoom / Hiroko Reijo / Asami / KODANSHA / WAKAOKAMI Project
GALERIE
Eurozoom / Hiroko Reijo / Asami / KODANSHA / WAKAOKAMI Project
AFFICHE
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Okko et les fantômes, affiche

Okko et les fantômes, affiche

Okko, Uribo

Okko

Okko, Uribo, Mineko Seki - la grand-mère

Okko, Mineko Seki - la grand-mère

Matsuki Akino, Okko

Uribo, Okko

Miyo, Suzuki, Uribo

Miyo, Uribo

Etsuko Tajima, Ko-san

Critiques

  1. Première
    par Sylvestre Picard

    Il y a des fantômes (normal), des esprits taquins, du surnaturel dans tous les coins. Okko perd ses parents dans un accident de voiture, la voilà recueillie par ses grands-parents qui tiennent une auberge traditionnelle. Elle y sympathisera avec trois fantômes enfantins qui hantent l'endroit. Malgré son pitch surnaturel, Okko et les fantômes appartient à une école fondamentalement réaliste de l'animation japonaise : l'un des films du réalisateur Kitaro Kosaka était Nasu, un été andalou (2003), sur un coureur cycliste qui fait le Tour d'Espagne. Cette tendance au réalisme -dans le découpage très calme, dans le choix des cadres à distance respectueuse, dans l'humour léger et quotidien- nous permet de nous sentir au plus près de ses personnages. Le sujet complexe et bouleversant (quand on est enfant, comment faire face au deuil ? Comment se construire une place dans le monde quand ceux qui devaient vous élever ont disparu ?) se croise au cours de ses récits multiples et fragmentés (les clients de l'auberge apportent chacun leur mini-récit qui enrichit la trame sans l'affaiblir) d'une belle réflexion sur la tradition et le passé qui évoque évidemment le fameux Your Name. (2016) et sa magie du saké, clef d'un monde étranger et proche. Ici, c'est en découvrant et en transcendant la tradition culinaire du Japon -cette scène finale de festin, bon sang- qu'Okko trouvera un moyen d'échapper au chagrin morbide pour espérer devenir une adulte. On quitte Okko et les fantômes à regret, mais avec un appétit fou.