Sony

Le film de Paul Greengrass est notre coup de coeur du dimanche soir.

Capitaine Phillips, diffusé ce week-end sur France 2, relate l’histoire vraie de la prise d’otages du navire de marine marchande américain Maersk Alabama, menée en 2009 par des pirates somaliens. La relation qui s’instaure entre le capitaine Richard Phillips, commandant du bateau, et Muse, le chef des pirates somaliens qui le prend en otage, est au cœur du récit. Les deux hommes sont inévitablement amenés à s’affronter lorsque Muse et son équipe s’attaquent au navire désarmé de Phillips. À plus de 230 kilomètres des côtes somaliennes, les deux camps vont se retrouver à la merci de forces qui les dépassent…

Quatre ans après Green ZonePaul Greengrass revient derrière la caméra en 2013 avec ce Capitaine Phillips dans lequel on retrouve son goût caractéristique pour les intrigues à forte connotation politique. Inspiré par la véritable prise d'otages du Maersk Alabama au large de la Somalie en 2009, le premier détournement d'un navire américain par des pirates en plus d'un siècle. Pour illustrer cette histoire, Greengrass fait appel à Tom Hanks, dans son élément pour incarner le capitaine du navire devant faire face à l'invasion d'une bande de pirates dont le meneur est incarné par la révélation Barkhad Abdi, un ancien chauffeur de limousine né en Somalie, et dont Capitaine Phillips est le premier rôle au cinéma. Le résultat est à la hauteur de ce que le cinéma de Greengrass est capable d'offrir de meilleur selon Première : "La force de Greengrass réside dans les moments de suspense et de tension (la première heure est un jeu du chat et de la souris hallucinant) qui ne cèdent jamais à la démagogie. Loin de glorifier l’attitude de l’armée américaine, sa mise en scène interroge les rapports de force : quatre types en haillons prennent le contrôle d’un cargo, avant que des dizaines de Navy Seals attaquent un radeau de survie. Elle utilise par ailleurs les changements d’échelle pour refuser de diaboliser les Somaliens et leur conférer une humanité soufflante. Au milieu de tout ça, Tom Hanks, génial, retrouve les sommets de sa carrière". Succès public avec plus de 220 millions de dollars de recettes, le film décrocha quatre nominations aux Golden Globes, neuf aux BAFTA et six aux Oscars.

Tom Hanks : "J’ai joué beaucoup de personnages ordinaires qui n’ont rien de spécial, sans doute parce que je ne le suis pas moi-même"

Bande-annonce de Capitaine Phillips :

 

A lire aussi sur Première