Paramount

Le 2e revient ce soir à la télé, pendant que le reboot avec Alicia Vikander sort au cinéma.

Lara Croft revient cette semaine sur grand écran, 17 ans après sa première adaptation avec Angelina Jolie. C’est à présent Alicia Vikander (Danish Girl, Ex Machina…) qui interprète l’aventurière. TMC profite de cette sortie événement pour rediffuser les anciens, Lara Croft : Tomb Raider jeudi dernier et Le Berceau de la vie, ce soir. Pourquoi la saga tirée des jeux vidéo à succès nés au milieu des années 1990 s’est-elle arrêtée après seulement deux épisodes ? Eléments de réponse en attendant la rediffusion de cette suite à 21h.

La première apparition d'Alicia Vikander ? C'était dans Min Balsamerade Mor à 14 ans

Quand elle est choisie par la Paramount pour incarner Lara Croft en 2000, Angelina Jolie n’a qu’un gros succès au box-office derrière elle : 60 Secondes Chrono (237 millions de dollars récoltés durant l’été). C’est donc bien ce rôle qui fera d’elle une star. Avec son corps de rêve et son goût pour les scènes d’action, la comédienne de 26 ans est considérée comme "le choix parfait". Le premier opus, sorti durant l’été 2001, est un succès, amassant 274 millions de billets verts dans le monde. C’est à l’époque le plus gros carton de l’actrice au box-office. Un score qu’elle doublera par la suite avec Maléfique (758 millions en 2014), Mr. & Mrs. Smith (478 millions en 2005) ou encore Wanted (341 millions en 2008). Notons que ses doublages pour les Kung Fu Panda figurent également en tête de son top perso avec plus de 500 millions de dollars de recettes à chaque fois, si bien qu’aujourd’hui, Tomb Raider est seulement 10e de son classement.

C’était cependant le plus gros succès du moment pour une adaptation de jeux vidéo. Final Fantasy et Resident Evil, sortis quelques mois plus tard, rapportaient par exemple respectivement 85 et 100 millions de dollars dans le monde.

Angelina Jolie : "Maléfique 2 sera une suite très forte"

Au niveau des critiques, Tomb Raider n’a pas reçu un super accueil et sa suite non plus : ils ont environ 20% d’avis positifs sur Rotten Tomatoes. Dans PremièreChristophe Narbonne écrivait par exemple qu’à force de la jouer "super-héroïne sans failles"Angelina Jolie ne parvenait vraiment à rendre Lara attachante. Quant à la mise en scène de Simon West, elle était jugée trop bordélique pour convaincre. Et trop appuyée, surtout quand il s’agissait de filmer la plastique de son actrice. Tellement apuyée, même, que ça finissait par briser le sex-appeal naturel de la star. "West rend très peu sexy Angelina Jolie, qu’il filme souvent platement en contre-plongée pour souligner le buste fermement maintenu par un Wonderbra qu’elle change comme de tenue. C’est-à-dire tous les quarts d’heure, timing calé sur celui des scènes d’action. La réputation de sous-Michael Bay qui colle à West est en outre de moins en moins usurpée. Il n’est qu’à voir la scène d’ouverture, matraquage de plans très cut sans queue ni tête pour s’en convaincre."

Cet accueil mitigé étant tout de même considéré comme un succès public, Tomb Raider a rapidement eu une suite, Le Berceau de la vie, sorti en août 2003. Côté critique, ça reste moyen, même si on note une petite hausse d’estime. Mathieu Carratier écrivait par exemple dans nos pages, avec une bonne dose d’ironie : "Et c’est reparti pour un nouveau défilé de mode : Barbie plongée, Barbie Shanghai, Barbie safari… L’exotisme est à son maximum. Mais répondons à la question qui doit vous brûler les lèvres. Oui, c’est mieux que le premier, ça ressemble plus à un film et il y a même un scénario. On aurait juste apprécié que Jean De Bont daigne tourner des scènes d’action. Le sens du spectaculaire du réalisateur de Speed parait bien loin…"

Angelina Jolie : "J’attends avec impatience le jour où l’on arrêtera enfin de demander à une femme pourquoi elle réalise des films"

Au box-office, Tomb Raider 2 fait finalement 100 millions de dollars de moins que le premier opus. Avec 156,5 millions amassés sur la planète, il rembourse son budget de 100 millions, mais ce n’est pas assez pour continuer l’aventure. Surtout que la star du film vise d’autres projets. En plus de continuer à miser sur des films d’action, comme Mr. & Mrs. Smith, qui connaît un grand succès, ou Wanted, qu’elle porte sur ses épaules, elle multiplie les productions indépendantes qui lui tiennent à cœur, comme Sans frontière, un documentaire sur l’aide humanitaire en Afrique, qui montre l’implication grandissante d’Angelina Jolie dans ce domaine. Elle signe aussi pour davantage de drames, d’Un cœur invaincu à L’Echange, de Clint Eastwood.

Pendant ce temps-là, les jeux vidéo Tomb Raider passent de Core Design à Crystal Dynamics et de nouveaux épisodes sortent régulièrement. Jusqu’au reboot de 2013, fortement inspiré par les blockbusters de son temps et qui a servi de base au film qui sort aujourd’hui. Lara y apparaît plus jeune et plus humaine, moins "super-héroïne" que dans les versions portées par Jolie. Ce qui n’empêche pas ce reboot 2.0 d’avoir lui aussi quelques défauts. Extrait de notre critique, signée Gaël Golhen : "Moins sexualisée qu’Angelina Jolie, moins arc-boutée sur ses poses fitness, Alicia Vikander parvient à incarner cette icône de pixel par un regard fier ou des petits cris poussés pendant les combats. Autres temps, autres moeurs -on ne s’en plaindra pas. Mais même si Vikander sort son aiguille du jeu, le film reste le sous-produit d'un mythe qui continue de le dépasser."

Tomb Raider : Un reboot correct [Critique]