DR

La vidéo se devait d’être aussi « meta » que son modèle.

 

Comme dans l’original, le honest trailer de Deadpool multiplie les vannes crado, les jurons et les références « meta », le personnage ayant pour particularité d’avoir conscience d’être un héros de fiction. Ryan Reynolds débarque ainsi dès le début du montage et s’adresse directement aux spectateurs pour critiquer les commentaires de la voix-off. Il se plaint par exemple que tous ses « fuck » et « shit » soient bipés, car contrairement au film, qui est déconseillé aux moins de 17 ans aux Etats-Unis (« mais encore plus apprécié à 16 ! », s’amuse Screen Junkies en insistant sur ses blagues potaches), les honest trailers ne sont pas « R-Rated », mais s’adressent à tous les publics.

Supercut : 400 héros de films s’adressent directement au public

Ce qui n’empêche pas Deadpool de se lâcher : « Je suis LE plus gros succès pour adultes. Bon, ok, après Jésus », lâche-t-il à propos de ses scores phénoménaux au box-office américain. Le film est en effet le plus gros carton R-Rated là-bas après La Passion du Christ, de Mel Gibson. Côté super-héros, il a battu tous les X-Men, les Thor et Captain America, le dernier Batman… Pas mal pour un « Ferris Bueller branleur », comme le surnomme la vidéo.

Lego Batman sera-t-il un Deadpool pour enfants ?

L’idée de l’incruste est amusante, même si l’acteur en profite en fait pour faire la promotion de sa comédie d’action, qui sort ces jours-ci en DVD et blu-ray aux USA. « Meta » jusqu’au bout, on vous dit. En France, il faudra patienter jusqu’au 15 juin pour (re)voir Deadpool dans votre salon.

Deadpool : Une suite officielle, puis un rôle dans Avengers 3 ?