L'hermine

L'Hermine

Internautes
3.75

Moyenne : 3.8 (12 votes)

Première
3.75

(1 critique)
Presse
3.833335

(15 critiques)
Votre avis

La critique de Premiere
3.75

Christophe Narbonne
3.75

Il y a une énigme Christian Vincent. On l’a d’abord pris pour un réalisateur de comédie parisienne intello (La Discrète, 1990), puis de drame bourgeois (La Séparation, 1994) et de mélo social (Sauve-moi, 2000), enfin de romcom sophistiquée (Quatre Étoiles, 2006). Sa réinvention, quasi systématique, lui a joué des tours, si bien qu’il a disparu des écrans. L’Hermine, qui marque ses retrouvailles avec Fabrice Luchini, remet les pendules à l’heure: Christian Vincent est un habile portraitiste et un fin chroniqueur de son temps, une sorte de Claude Sautet (période 70s) en mode léger, qui privilégie un mystère et une fragilité qu’on pourrait qualifier de "féminins" sans se départir d’une dérision sincère envers les mâles empêtrés dans leurs névroses. Luchini incarne à merveille ce paradigme, lui qui est capable de jouer l’intériorité maladive ou de tomber par terre de façon ridicule avec une vérité confondante. Il fait bien sûr l’attrait de cette Hermine, qui laisse aussi la part belle aux seconds rôles, en tête desquels Sidse Babett Knudsen, la formidable actrice danoise de la série Borgen. 

Les autres avis de la presse (15)
3.833335

La Croix
(Jean-Claude Raspiengeas)
3.75

(...) une belle et subtile histoire d’amour entre un président de cour d’assises et une jurée. Christian ­Vincent mêle trois univers : les tourments sentimentaux, le déroulement précis d’un procès et la quête de la vérité pour rendre la justice.

StudioCiné Live
(Laurent Djian)
5

L'auteur de La Discrète n'a rien perdu de sa délicatesse. Ni de son sens inouï du dialogue, du velours pour un Luchini ici d'une sobriété bouleversante. 

Télérama
(Jacques Morice)
2.5

 Pas d'à peu près, ni de vision caricaturale comme souvent, mais un regard précis sur tout ce qui se joue, tant dans le prétoire que dans les coulisses. 

Les Inrocks
(Théo Ribeton)
2.5

On peine de toute façon à comprendre ce qui intéresse vraiment Christian Vincent, puisque le film déclare peu à peu forfait sur tout ce qu’il avait entamé pour ne retomber que sur sa partie la plus convenue et la moins intéressante : les petites amourettes du juge Racine (...)

Le Monde
(Noémie Luciani)
3.75

Lucide, aussi méticuleux que son protagoniste dans son attention aux détails, L’Hermine n’est pas un film à charge : s’il ambitionne de démontrer quelque chose, ce n’est pas l’absence ou l’impossibilité de justice, mais l’incapacité des hommes à l’assurer toujours. 

L'Express
(Christophe Carrière)
3.75

A vrai dire, entre la minutieuse peinture de la machine judiciaire et le portrait en creux d'un introverti moins psychorigide qu'il ne le croyait lui-même, il ne rentre dans aucune case. D'où un étrange flottement. Mais il suffit d'un échange de regards, à la fin, pour que tout bascule et s'éclaire. 

Le Figaro
(Eric Neuhoff)
3.75

Un film de procès et d'amour magnifique.

Libération
(Clémentine Gallot)
2.5

(...) la romance, empêchée et différée, se trouve lestée d’interminables séquences de dialogues dégoulinant de mièvrerie. Ensuite, le réalisateur Christian Vincent semble vouloir conduire conjointement deux fils narratifs pour en définitive n’en mener aucun à terme. 

Metronews
(Mehdi Omaïs)
3.75

Ici, tous les dialogues, ouvragés avec une attention de "premier de la classe", siéent à merveille à la docte élocution de son interprète, qui parvient à donner de la chair jusqu’aux répliques les plus affectées.

Direct Matin
(La rédaction de Direct Matin)
3.75

Le sujet de cette comédie dramatique ressembla à Ally McBeal (...) Mais ici, la mise en scène préfère de longues séquences maîtrisées où les comédiens peuvent donner toute la mesure de leur talent.

20 Minutes
(Caroline Vié)
5

L’Hermine, œuvre magistrale dans laquelle Luchini campe un président de cour d’assise au cœur en hiver. (...) Luchini, sobre comme rarement, est bouleversant.

A voir à lire
(Judith Godinot)
3.75

A la fois comédie du remariage et faux film de procès, L’Hermine surprend par sa finesse et touche en plein cœur.

Culture box by france Tv
(Boris Courret)
5

La réalisation est d'une justesse rare. Aucune parcelle de l'espace filmique n'est laissée au hasard.

Nouvel Obs
(Jérôme Garcin)
3.75

Et, dans un contre-emploi parfait, la manière dont Fabrice Luchini, ce haut parleur, se transforme ici en amoureux maladroit, mélancolique et timide touche au bel art.

Le Parisien
(Hubert Lizé)
5

Christian Vincent réussit avec cette chronique amoureuse inattendue à concilier l'inconciliable : une affaire judiciaire rigoureuse et passionnante et une histoire de rédemption.

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Box-office

Sur la période du 06/12 au 12/12 2017
En collaboration avec CBO

18%
Nombre d'entrées: 
619 289
Cumul des entrées: 
1 635 348

17%
Nombre d'entrées: 
578 133
Cumul des entrées: 
578 133

12%
Nombre d'entrées: 
420 344
Cumul des entrées: 
420 344

5%
Nombre d'entrées: 
178 540
Cumul des entrées: 
178 540

5%
Nombre d'entrées: 
167 046
Cumul des entrées: 
853 058

Les plus vues