Date de sortie 13 avril 2016
Durée 97 mn
Réalisé par Cyril Gelblat
Avec Manu Payet , Audrey Lamy , Aure Atika
Scénariste(s) Cyril Gelblat
Distributeur Mars Films
Année de production 2015
Pays de production france
D’après l’œuvre de Xavier de Moulins
Couleur Couleur

Synopsis

Antoine, bientôt quarantenaire, dilettante, égoïste et insatisfait ne s’est jamais réellement senti investi d’une mission pour s’occuper de ses filles, âgées de 5 et 9 ans. Infantilisé par sa femme Alice, Antoine n’arrive pas à trouver sa place dans son foyer et décide subitement de la quitter pour une histoire sans lendemain. Lorsqu’Alice lui confie leurs filles quelques jours par surprise, Antoine va se retrouver sur un continent inconnu. Et alors qu’il était incapable d’assumer son rôle de père à l’intérieur du noyau familial, il va finir par devenir une véritable « mère juive ». Après avoir quitté sa femme par nostalgie de sa liberté d’antan, le nouvel Antoine va se retrouver confronté à une nouvelle nostalgie, celle de sa vie de famille.

Adaptation du roman Un coup à prendre de Xavier de Moulins

Offres VOD

Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 4.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné HD SD UniversCiné 3.99 € Louer 11.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
FTV SD FTV 9.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 7.99  € Acheter

Dernières News

Que vaut Tout pour être heureux ? [critique]

La comédie avec Manu Payet sera diffusée dimanche soir sur France 2.

Diamond Island triomphe à Cabourg

Le film de Davy Chou remporte le Grand Prix du festival romantique

Critiques

  1. Première
    par Bernard Achour

    Dans la foulée du rôle de l’écrivain désabusé d’Un début prometteur qu’il jouait à contre-emploi, Manu Payet serait-il en train de devenir le porteparole des trentenaires en crise? Cette fois-ci producteur de musique dont l’irresponsabilité fait voler le couple et la vie de famille en éclats, il habite avec de chouettes nuances cette chronique douce-amère un peu trop écrite pour dégager les vibrations générationnelles, manifestement visées. Mais une vraie belle idée de cinéma (une scène d’espionnage téléphonique inventive) et une toute dernière ligne droite à laquelle on ne s’attendait pas du tout suffisent à donner une amorce d’identité à ce qu’on abordait comme une énième "comédie française".