Metropolitan Films

Le best-seller fantasy de Philip Pullman avait déjà été adapté au cinéma. Aujourd'hui c'est en série que la trilogie fantastique débarque.

Vendue à plus de 18 millions d’exemplaires et traduite en 40 langues, A la croisée des mondes a été un succès littéraire avant d'être un bide au cinéma.
Car, si A la croisée des mondes : la boussole d'or, avec Nicole Kidman et Daniel Craig n'avait pas remporté le succès escompté, la société de production New Line laissant même tomber l'idée d'adapter les deux autres tomes, aujourd'hui la BBC fait renaître le best-seller non pas sur grand écran mais à la télévision.

Ravi de la nouvelle, l'auteur à succès a partagé son enthousiasme dans les colonnes de Variety : "C'est un vrai plaisir de voir que la trilogie s'adapte sous différentes formes. Elle a été adaptée à la radio, au théâtre, au cinéma, en BD. Et maintenant en série télé !", explique-t-il ravi d'être également le producteur executif du show au côté de New Line (déjà producteur du film).
Publié entre 1995 et 2000, A la croisée des mondes c'est l'histoire en trois tomes de Lyra, une orpheline élevée dans le cercle très stricte et austère du Jordan Collège à Oxford et qui vit au coeur d'un univers composé d'une infinité de mondes parallèles. Un jour son ami se fait enlever par un kidnappeur d'enfants qui terrorise le pays. Elle décide alors de partir à sa rescousse. La  jeune filette va alors découvrir, aidée de son daemon - une matérialisation de son âme - des mondes parallèles, des animaux fabuleux et les forces obscures du mal le tout mêlant habilement aventure, fantastique et magie.

La série en huit épisodes marquera l'entrée de la BBC dans le monde de la série heroic-fantasy à l'heure où Game of Thrones (diffusé sur HBO) fait figure de référence.

A lire aussi sur Première

James Marsters : "Si Joss Whedon fait un film sur Buffy, je suis partant à 100%"

Douze ans après la fin de Buffy contre les vampires, James Marsters revient sur ses années de gloire et de décoloration dans le rôle de Spike. Vampire qu'il interpréterait bien sur grand écran, d'ailleurs.