Titre original Relatos salvajes
Date de sortie 14 janvier 2015
Durée 115 mn
Réalisé par Damián Szifron
Avec Ricardo Darin , Leonardo Sbaraglia , Darío Grandinetti
Scénariste(s) Damián Szifron
Distributeur Warner Bros Pictures France
Année de production 2014
Pays de production Argentine
Genre Thriller
Couleur Couleur

Synopsis

Ballottés par des bouleversements imprévisibles qui affectent leur vie, les personnages sont attirés par l'abîme et s'abandonnent au plaisir indéniable consistant à lâcher prise, finissant par franchir la frontière ténue entre civilisation et barbarie...

Offres VOD

Imineo SD HD Imineo 4.99 € Louer 10.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 4.99 € Louer 7.99  € Acheter
FNAC HD SD FNAC 4.99 € Louer 11.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 11.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 11.99  € Acheter
Nolim Films HD SD Nolim Films 2.99 € Louer 6.99  € Acheter
FTV SD FTV 10.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 7.99  € Acheter

Dernières News

Photos

Les Nouveaux Sauvages

Critiques

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Lors de la conférence de presse dévoilant la sélection de ce Cannes 2014, Thierry Frémaux s’était foutu du cliché qui veut qu’on dise en général des films à sketchs qu’ils sont « inégaux ». Il continuait en expliquant que l’outsider de la compète, Relatos Salvajes, allait faire mentir l’adage, puisque tous les segments en étaient signés d’un seul et même homme (l’Argentin Damian Szifron). Résultat des courses, Frémaux risque de se moquer de nous, mais il faut bien avouer que Relatos Salvajes est un peu, hum… inégal. Mais ce n’est pas le plus important.

    Il est aussi baroque, pétaradant, totalement inattendu dans ce contexte cannois, incroyablement shooté, superbement musical, et drôle aussi. Très drôle. Parfois très très drôle. L’ouverture du film – une poignée de minutes ressemblant à un épisode de La Quatrième Dimension subverti par le meilleur de l’humour noir british – est a priori le truc le plus irrésistiblement tordant qu’on verra ici cette année. Les influences ? Un peu Risi, un peu Monty Python, un peu Chuck Jones, un peu Coen aussi. Le fil rouge ? Des vignettes saignantes mettant en scène des relations sociales hystérisées et un pays au bord de l’explosion : deux types rejouent Duel façon cartoon sur une route désertique, Ricardo Darin (géant) se prend le PV de trop et pète les plombs, un mariage tourne au jeu de massacre, etc, etc. Il y a des segments géniaux, d’autres franchement bof, mais on en sort avec la certitude qu’on reverra ce film. Et peut-être qu’alors, à la deuxième vision, on comprendra que les moments « creux » étaient voulus, pensés et théorisés par le réalisateur comme seul moyen de faire respirer le métrage, de lui donner le carburant nécessaire pour tenir deux heures jusqu’à son climax cathartique, et passer ainsi de la case « film à sketch » à la case « film » tout court. Des pleins et des déliés, des petits moments de flottement, avant de décrocher l’uppercut au bon moment. Comme quoi, « inégal », c’est peut-être pas forcément un reproche…

  2. Première
    par Hendy Bicaise

    Damián Szifron semble n’avoir rien à envier à Michael Bay. Dans son film, on compte en effet un attentat à la voiture piégée, des autos tamponneuses grandeur nature, la démolition d’un immeuble et même un crash d’avion. Mais si le cinéaste argentin veut faire vibrer nos tympans, c’est avant tout pour attirer notre attention. Tel ce pilote fou qui réunit ses pires ennemis dans un avion ou le citoyen lambda incarné par Ricardo Darín qui obtient le respect en devenant terroriste, Szifron utilise lui aussi la force pour se faire entendre. Pourtant, son film à sketchs ne se résume pas à une succession de pétages de plombs, si jubilatoires soient-ils. D’un récit à l’autre, il étoffe ainsi son propos en tissant un réseau de relations tantôt funestes (pas de salut pour les enfants de salauds), tantôt rassurantes (des couples se déchirent afin de mieux se retrouver). Soit, au final, la métaphore d’une société historiquement gangrenée qui, au bord du gouffre, pourrait trouver la force de se rassembler.