Aladdin a 25 ans : fêtons ça en musique

Aladdin a 25 ans : fêtons ça en musique

De "Prince Ali" à "Ce Rêve bleu", ce classique Disney est rempli de chansons cultes.

Pour fêter les 50 ans du Livre de la jungle, il y a quelques semaines, nous étions replongés dans ses morceaux cultes, d’"Il en faut peu pour être heureux" à "La Patrouille des éléphants" en passant par "Etre un homme comme vous". Impossible de résister à l’envie de reprendre cette même idée à l’heure où Aladdin fête son quart de siècle. Le 31e classique d’animation Disney, réalisé par John Musker et Ron Clements, est sorti précisément le 11 novembre 1992 aux Etats-Unis, puis un an plus tard en France. Ce n'est pas le dessin animé de la firme aux grandes oreilles qui contient le plus de scènes musicales, mais ses chansons figurent tout de même parmi les plus entraînantes du studio.

Le Livre de la Jungle a 50 ans : Fêtons ça en musique

"Nuits d’Arabie" 
Titre original : "Arabian Nights"
Morceau composé par Alan Menken, écrit par Howard Ashman et chanté en anglais par Bruce Adler, et en français par Bernard Alane.

Aladdin devait marquer les retrouvailles d'Alan Menken et Howard Ashman après La Petite Sirène et La Belle et la Bête, mais ce dernier est mort avant d'avoir écrit tous les morceaux. Trois figurent dans le film : "Arabian Nights", "Friend Like Me" et "Prince Ali". Quelques mois après la sortie américaine d’Aladdin, Menken a reçu l’Oscar de la meilleure bande originale pour la troisième fois de sa carrière pour un film d’animation Disney après La Petite Sirène (en 1990) et La Belle et la Bête (1991). Il en recevra un quatrième en 1996 pour la musique de Pocahontas.

Et si on renommait tous les Oscars comme Quentin Tarantino ?

Le morceau d’ouverture présente Agrabah, royaume fictif du Moyen Orient, où un jeune homme sans le sou, Aladdin, tombe amoureux de Jasmine, la fille du Sultan, et parvient à la conquérir grâce à l’aide du Génie de la lampe. Une histoire librement inspirée de l’un des contes les plus célèbres des 1001 Nuits

Quelques paroles ont été changées dans la version originale, suite à des plaintes d'un groupe anti-discrimination. "Where they cut off your ear/if they don't like your face" ("pays où ils vous coupent l’oreille s’ils n’aiment pas votre tête") a été remplacé par "Where it's flat and immense/and the heat is intense" ("un pays plat et immense où la chaleur est intense"). Ce sont ces paroles que l'on retrouve aujourd'hui dans le DVD du film et dans ses multiples versions CD. La traduction française, sortie un an après l'américaine, est plus légère et n'a pas entraîné de controverse. Extrait :
"Ô nuits d'Arabie,
Au parfum de velours.
Pour le fou qui se perd,
Au coeur du désert,
Fatal est l'amour !"

C’est un colpolteur qui interprète ce morceau, et si l’on sait qu’il s’agit en fait d’un déguisement du génie (une théorie confirmée par les réalisateurs du film), ce n’est pas Robin Williams qui le double, mais Bruce Adler, un acteur qui faisait des chœurs dans La Belle et la Bête et savait imiter la voix du comédien. Les réalisateurs ont fait appel à lui car Williams ne parvenait pas à interpréter les notes les plus aigues de la chanson. Notons qu’en français, le marchand a également une autre voix que celle du génie : ce n’est pas Richard Darbois qui le double, mais Bernard Alane (le Duc de Weselton dans La Reine des neiges).

Le thème de Nuits d’Arabie est ensuite réutilisé plusieurs fois dans le film, surtout pour rythmer les scènes de tension avec Jafar. Il est aussi repris dans sa suite, Le Retour de Jafar, dans la série animée, dans des jeux vidéo…

"Je vole"
Titre original : "One Jump Ahead"
Chanson composée par Alan Menken, écrite par Tim Rice et chantée par Brad Kane en VO et Paolo Domingo en VF.
Après un titre qui plongeait les spectateurs dans l’univers d’Agrabah, le deuxième morceau du film est chargé de présenter le héros, jeune homme sans le sou qui doit dérober du pain pour ne pas mourir de faim : "faut manger pour vivre, voler pour manger (…) le roi des voleurs tombe bien bas". Ce morceau est crucial dans l’intrigue, rempli de jeux de mots, ce qui est la marque de fabrique des chansons d’Aladdin (voir plus bas "Prince Ali"), mais il a bien changé au cours de sa création. A l’origine, Howard Ashman avait écrit "You Can Count on Me", une chanson où Aladdin volait déjà des aliments sur le marché, mais pour aider sa mère. Le personnage ayant été supprimé de l’histoire (Aladdin est clairement présenté comme un orphelin), le duo a alors travaillé sur une autre chanson, "Babkak, Omar, Aladdin et Kassim", qui mettait en scène le héros et ses trois amis… mais ceux-ci ont aussi été coupés de l’intrigue finale. Le jeune homme se retrouve donc seul avec Abu, son petit singe. L’air de "Je vole", très dynamique, est ensuite réutilisé comme thème pour plusieurs séquences d’action mettant en scène Aladdin.

Vaiana, La Petite Sirène, Aladdin… John Musker et Ron Clements commentent leur filmo

"Je suis ton meilleur ami"
Titre original : "Friends Like Me"
Chanson composée par Alan Menken, écrite par Howard Ashman et interprétée par Robin Williams en VO et Richard Darbois en VF.

Dans la version finale d’Aladdin, le personnage n’a donc plus d’amis évoluant à ses côtés. Jusqu’à ce qu’il délivre le Génie, prisonnier d’une lampe cachée au fond d’une mystérieuse grotte. Cet être surnaturel, totalement exubérant, est doté de puissants pouvoirs et il vaut tous les amis du monde. Il est doublé par Robin Williams en anglais et Richard Darbois (plus tard voix de Buzz l’éclair) en français, tous les deux exceptionnel dans ce rôle.

Menken avait demandé à Williams de s'inspirer du style de Fats Waller, musicien phare des années 1920-1940 et il a été impressionné par le résultat. "Le son de trompette qu'il imite pendant le morceau, le 'wah wah wah', devait être joué par un instrument, mais il l'a fait avec sa voix et ça sonnait tellement bien. Il s'est complètement impliqué dans notre processus créatif. Sur 'Friend Like Me', et sur 'Pince Ali', surtout. Il était déchaîné sur ce morceau ! Il l'a interprété comme s'il animait la parade de Thanksgiving, mais dans le style des chansons arabes. C'était génial."

Robin Williams : des prises inédites de son doublage du Génie refont surface

La VF est tout aussi réussie. Dirigée par Philippe Videcoq et Luc Aulivier, deux adaptateurs phares de chez Disney dans les années 1990, qui ont aussi travaillé sur Le Roi Lion ou Pocahontas, entre autres, elle grouille de jeux de mots. Le duo ne cherche pas forcément à coller mot pour mot au texte original, mais s’inspire des images ou privilégie les rimes pour proposer une traduction vive et bien trouvée.

Précisons que deux ans après Aladdin, Disney a sorti, directement en cassette, Le Retour de Jafar, une suite animée dans laquelle le grand méchant a enfin "sa" chanson, "Tu n’es qu’un amateur", sorte de réponse aux tours de magie du Génie :

Dans le film original, il n'a qu'une courte séquence chantée, où il reprend "Prince Ali" en changeant les paroles : "Cet Ali, vous l'avez compris, n'est rien qu'Aladdin. Croyez-moi, c'est un gredin, un bon à rien..." Un choix surprenant de la part de Disney, qui peaufine d'habitude les morceaux des "bad guys". "Gaston" dans La Belle et la Bête ou "Soyez prêtes" interprétée par Scar dans Le Roi Lion sont par exemple de véritables morceaux de bravoure. 

Vidéo inédite du Roi Lion : Jeremy Irons et Whoopi Goldberg doublent une chanson

"Prince Ali"
Titre original : "Prince Ali"
Chanson composée par Alan Menken, écrite par Howard Ashman et interprétée par Robin Williams en VO et Richard Darbois en VF.

On continue avec le titre le plus dynamique du film, l'air qui rythme la parade du Prince Ali venu courtiser Jasmine. Le jeune héros doit en mettre plein la vue (et les oreilles) et il peut compter sur son ami le Génie pour mettre le paquet. Un véritable show, écrit sur mesure pour Robin Williams et parfaitement transposé en français. C’est de loin le morceau qui contient le plus de trouvailles de traduction, du "voile au menton" au personnage qui "vous porte d’Abu Dabi à bout de bras". 

Le Honest Trailer d'Aladdin est une lettre d'amour au Génie de Robin Williams

L’occasion aussi de s’arrêter un instant sur d’autres traductions des morceaux d’Aladdin. Saviez-vous que c’est l’un des rares films d’animation de Disney à avoir, en plus de sa version française, une version québécoise ? Bien plus proche de la VO, cette VQ littérale perd cependant en humour : elle propose beaucoup moins de jeux de mots. Un exemple frappant : la phrase mentionnée plus haut à propos de la force d’Aladdin est traduite "fort comme dix preux cavaliers, assurément". C’est aussi frappant sur la chanson suivante, "A Whole New World", traduite mot pour mot "Un nouveau monde" (c’est quand même plus proche que "Ce rêve bleu" !).

"Ce rêve bleu" 
Titre original : "A Whole New World"
Chanson composée par Alan Menken, écrite par Tim Rice, interprétée par plusieurs chanteurs : ce ne sont pas les mêmes dans le dessin animé et dans la reprise du générique de fin. En VO, Brad Kane et Lea Salonga chantent par exemple pendant la scène, puis Peabo Bryson et Regina Belle reprennent le morceau à la fin du film. Idem en français avec Daniel Lévi qui succède à Paolo Domingo dans le générique (mais Karine Costa double toujours Jasmine).

"Tu as confiance en moi ?" Après la mort d’Ashman, Tim Rice a donc été choisi pour écrire le morceau le plus célèbre du film. Il retravaillera à nouveau pour Disney sur Le Roi Lion. Cette balade interprétée en amoureux par Jasmine et Aladdin a cartonné à la sortie du film d’animation. Même si ce n’est pas l’air le plus entraînant, il figure indéniablement parmi les chansons Disney qui restent dans nos têtes.

Top 15 des chansons Disney qui restent dans la tête

25 ans après sa sortie, Aladdin est en train de faire l’objet d’un remake, en live. C’est Guy Ritchie, le réalisateur turbulent de Snatch et de la dernière version du Roi Arthur, qui a été choisi par Disney pour le mettre en scène. Mena Massoud jouera Aladdin, Naomi Scott sera Jasmine et Will Smith prêtera sa voix au Génie. 

Mort de Robin Williams : Disney ne peut pas utiliser sa voix dans des suites d’Aladdin


PROCHAINEMENT AU CINÉMA

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Apportez-Moi La Tête D'Alfredo Garcia
Le Consul de Bordeaux
L'Oeil du Cyclone