Date de sortie 11 mars 2009
Durée 110 mn
Réalisé par Philippe Lioret
Avec Vincent Lindon , Firat Ayverdi , Audrey Dana
Scénariste(s) Philippe Lioret, Emmmanuel Courcol, Olivier Adam
Distributeur Mars Distribution
Année de production 2009
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Pour impressionner et reconquérir sa femme, Simon, maître nageur à la piscine de Calais, prend le risque d'aider en secret un jeune réfugié kurde qui veut traverser la Manche à la nage.

Offres VOD

Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 7.99  € Acheter
MYTF1VOD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer

Dernières News

Vincent Lindon : 13 fois millionnaire au box-office français

Welcome, diffusé ce soir sur Arte, est l'un de ses grands succès.

Arte dédie sa soirée aux migrants avec Welcome et Fuocoammare

Le film avec Vincent Lindon et Firat Ayverdi sera suivi du gagnant de la Berlinale 2016.

Photos

DR

Welcome

Critiques

  1. Première
    par Julien Welter

    Là, c’est sûr, on ne pourra plus ignorer le talent de Philippe Lioret. Après Je vais bien ne t’en fais pas, le réalisateur français revient avec un drame solide. Autour d’une amitié entre un jeune irakien soucieux de traverser la Manche et un maître-nageur peu versé dans les problèmes des sans-papiers, il livre une réflexion intelligente sur le problème de l’immigration en France. Renforcé par les interprétations convaincantes de Vincent Lindon et Firat Ayverdi, Welcome s’impose comme le film français de ce début d’année.

  2. Première
    par Christophe Narbonne

    Plus la filmographie de Philippe Lioret avance, plus elle gagne en noirceur et en épure. Tournant autour de trois personnages dans trois décors principaux (un appartement, une piscine, un port), Welcome parle de l’état du monde et de la complexité de l’âme avec un minimalisme admirable. Aux dialogues explicatifs, Lioret préférera toujours un visage expressif, un plan de coupe évasif mais significatif, un silence éloquent. Le cinéma, pour le réalisateur de Mademoiselle, c’est l’art de la litote. La thématique du secret, moteur de ses deux précédents films (L’Équipier et Je vais bien, ne t’en fais pas), trouve ici un pendant cinématographique par l’usage subtil de l’ellipse.