Titre original La différence c'est que c'est pas pareil
Date de sortie 20 mai 2009
Réalisé par Pascal Laethier
Avec François Berléand , Clémentine Célarié , Audrey Dana
Scénariste(s) Pascal Laethier
Distributeur Zelig Films Distribution
Année de production 2009
Pays de production BE,FR,LU
Genre Comédie dramatique

Synopsis

Sylvain s'est absenté pendant une quinzaine d'année et il revient en France à l'occasion d'une cérémonie familiale. Il renoue avec ses enfants et son ex-femme. Mais les réunions de famille ne se passent jamais comme on le souhaiterait, surtout lorsque votre arrivée n'est pas souhaitée par tous.

Offres VOD

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances

Dernières News sur La différence c'est que c'est pas pareil

Photos

DR
PRODUCTION / LIBRIS FILMS / TARENTULA / BANANA FILMS
PRODUCTION / LIBRIS FILMS / TARENTULA / BANANA FILMS
PRODUCTION / LIBRIS FILMS / TARENTULA / BANANA FILMS
PRODUCTION / LIBRIS FILMS / TARENTULA / BANANA FILMS
PRODUCTION / LIBRIS FILMS / TARENTULA / BANANA FILMS
PRODUCTION / LIBRIS FILMS / TARENTULA / BANANA FILMS
PRODUCTION / LIBRIS FILMS / TARENTULA / BANANA FILMS
PRODUCTION / LIBRIS FILMS / TARENTULA / BANANA FILMS
PRODUCTION / LIBRIS FILMS / TARENTULA / BANANA FILMS
PRODUCTION / LIBRIS FILMS / TARENTULA / BANANA FILMS

La différence c'est que c'est pas pareil

LA DIFFERENCE C'EST QUE C'EST PAS PAREIL (2008)

LA DIFFERENCE C'EST QUE C'EST PAS PAREIL (2008)

LA DIFFERENCE C'EST QUE C'EST PAS PAREIL (2008)

LA DIFFERENCE C'EST QUE C'EST PAS PAREIL (2008)

LA DIFFERENCE C'EST QUE C'EST PAS PAREIL (2008)

LA DIFFERENCE C'EST QUE C'EST PAS PAREIL (2008)

LA DIFFERENCE C'EST QUE C'EST PAS PAREIL (2008)

LA DIFFERENCE C'EST QUE C'EST PAS PAREIL (2008)

LA DIFFERENCE C'EST QUE C'EST PAS PAREIL (2008)

LA DIFFERENCE C'EST QUE C'EST PAS PAREIL (2008)

Critiques

  1. Première
    par Jean-Baptiste Drouet

    Dès les premiers échanges, percutants, on se frotte les mains, espérant s’esclaffer devant une comédie nerveuse et féroce sur une famille irrésistiblement barrée. Hélas, le film s’enlise dans un foisonnement de scènes hésitant entre la farce boulevardière et la comédie « psychologisante », sans trouver ni son ton, ni son rythme, ni même une identité. Du coup, un acteur aussi chevronné que Berléand semble jouer dans le vide. Reste Audrey Dana, qui, dans le rôle de la femme castratrice et névrosée, traverse ce huis clos familial avec une justesse et une énergie qui forcent le respect.