Date de sortie 10 février 2016
Durée 108 mn
Réalisé par Pablo Trapero
Avec Guillermo Francella , Peter Lanzani , Lili Popovich
Scénariste(s) Pablo Trapero
Distributeur Diaphana distribution
Année de production 2015
Pays de production ARGENTINE
Producteurs Pedro Almodovar Agustín Almodóvar Esther García Pablo Trapero
Genre Thriller
Couleur Couleur

Synopsis

Dans l’Argentine du début des années quatre-vingt, un clan machiavélique, auteur de kidnappings et de meurtres, vit dans un quartier tranquille de Buenos Aires sous l’apparence d’une famille ordinaire.

Arquimedes, le patriarche, dirige et planifie les opérations. Il contraint Alejandro, son fils aîné et star du rugby, à lui fournir des candidats au kidnapping.

Alejandro évolue au prestigieux club LE CASI et dans la mythique équipe nationale, Los Pumas. Il est ainsi, par sa popularité, protégé de tous soupçons.

Offres VOD

ARTE Boutique HD ARTE Boutique 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 13.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
FNAC HD SD FNAC 4.99 € Louer 16.99  € Acheter
SFR HD SD SFR 4.99 € Louer
FTV SD FTV 9.99  € Acheter
CANAL VOD HD SD CANAL VOD 7.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 2.99 € Louer 10.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 9.99  € Acheter

Dernières News

El Clan : portrait stupéfiant d'un fasciste convaincu [critique]

La critique du film de Pablo Trapero, qui revient ce soir sur Arte.

Les sorties ciné de la semaine du 10 février

Pablo Trapero filme une famille diabolique, Eric et Ramzy parodient 58 minutes pour vivre et Ryan Reynolds s'éclate en Deadpool.

Critiques

  1. Première
    par Vanina Arrighi de Casanova

    De ce fait divers qui a marqué l’Argentine, Pablo Trapero tire une tragi-comédie à la mise en scène flamboyante (il n’a jamais autant utilisé le plan-séquence). Il filme une entreprise familiale diabolique soudée par une solidarité jusqu’au-boutiste, soumise à l’autorité du père et nourrie par l’incompréhensible passivité de la mère. Chez les Puccio, on dîne en affectant d’ignorer les cris d’une victime enfermée dans la cave – symbole d’une réalité ahurissante où enlèvements et meurtres perturbent à peine le train-train quotidien. Ce n’est pas tant l’organisation mafieuse et le sous-texte politique (nous sommes à la fin des années de plomb) qui intéressent le cinéaste, que la relation père-fils perverse entre Alejandro et son père (fabuleux Guillermo Francella) charismatique et démoniaque. Un film dérangeant qui interroge le libre-arbitre, doublé de l’étonnant portrait d’un monstre.