Nom de naissance Pablo Trapero
Naissance (46 ans)
San Justo Argentine
Nationalité Argentin
Genre Homme
Profession(s) Réalisateur, Réalisateur/Metteur en Scène, Scénariste
Avis

Biographie

Pablo Trapero est un réalisateur argentin.

C'est dans son Argentine natale que Pablo Trapero se forme au cinéma, en l'étudiant à l'université de Buenos Aires. Sitôt son diplôme en poche, il se lance au début des années 1990 dans la réalisation de courts métrages. En 1996, il crée avec d'autres jeunes cinéastes argentins, la société de production Cinematografica Sargentina. Son style, proche du documentaire pour décrire le quotidien de la classe ouvrière argentine, est bien rodé lorsqu'il présente son premier long métrage en 1999, Mondo Grua.

Les débuts

Le film, tourné en noir et blanc et interprété par des comédiens non professionnels ainsi que par plusieurs membres de la famille du réalisateur, fut toutefois remarqué dans de nombreux festivals internationaux.Ceci permet à Pablo Trapero de signer, deux ans plus tard, Naikor, moyen métrage tourné en vidéo. Portrait d'un personnage mythique de Buenos Aires, le film est notamment présenté aux festivals de Rotterdam et de Locarno. La même année, le cinéaste coproduit La libertad de Lisandro Alonso, sélectionné au festival de Cannes.En 2002, il met en scène, un polar sur l’itinéraire d'un serrurier argentin dans la banlieue de Buenos Aires. Le long métrage, El Bonaerense, a été primé au Festival international du film de Chicago et fût sélectionné à Cannes, dans la section « Un certain Regard ».La même année, le réalisateur fonde Matanza Cine, sa nouvelle maison de production grâce à laquelle il produit des films indépendants et s'engage dans des coproductions avec d'autres pays d'Amérique latine. En 2003, Pablo Trapero réalise et produit Sarasa, un documentaire tourné pour la télévision. Il produit également La mecha de Raul Perrone, sélectionné dans de nombreux festivals comme San Sebastian et Toulouse, ainsi que Decir tu nombre d'Albertina Carri.

Un habitué des festivals

Incarnant aux côtés de Diego Lerman ou Lucrecia Martel la Nouvelle vague du cinéma argentin, il présente à Venise son troisième long-métrage, le road-movie Voyage en famille en 2004.Passant sans mal d'un style à l'autre, le cinéaste décide ensuite de partir tourner en Patagonie, région au climat glacial à l'extrême sud de l'Argentine, un film sur la culpabilité s'inspirant de ses propres craintes sur la paternité. Nacido y criado, sorti en 2007, il est co-produit avec le brésilien Walter Salles. Il s'agit des mésaventures d'un homme brisé et hanté par la culpabilité, qui tente d'oublier le drame ayant détruit sa famille, afin d'éviter de sombrer dans la folie.pagebreakL'année suivante, Pablo Trapero se rend une nouvelle fois à Cannes avec un autre drame psychologique, toujours co-produit par Walter Salles, Leonora. Ce long métrage, qui a, cette fois, les honneurs de la compétition officielle au Festival de Cannes 2008, dépeint l'histoire d'une jeune femme de 25 ans condamnée à quatre ans de détention. Enceinte, elle est accusée de deux homicides, dont celui du père de son enfant. Elle s'efforce d'élever le nouveau-né en prison. Une aventure humaine liée à la famille, comme souvent chez Trapero, même si, à chaque fois, le décor est différent. « Mon cinéma ne va pas changer le monde, souligne-t-il, modeste et lucide. Mais j'espère qu'il va poser des questions. Le problème des mères en prison est un sujet dont le gouvernement argentin s'est emparé» déclare le réalisateur. 

La relève du cinéma argentin

Mais on ne peut pas dire non plus que ce fils d'un mécanicien et d'une institutrice soit le cinéaste le plus connu du monde, même s'il fait partie, avec Lucrecia Martel (La Cienaga), Diego Lerman (Tan de repente) et Daniel Burman (Le Fils d'Elias), de cette nouvelle vague argentine apparue depuis l'orée des années 2000. Et qui exprime son besoin de raconter un pays, moins sous l'angle du militantisme politique que sous celui du réalisme social. « L'Argentine est le lieu des extrêmes, déclare-t-il. Les analphabètes et les cultivés, les riches et les pauvres, les terriens et les citadins... J'essaie de capter cette réalité-là. J'aime quand le quotidien laisse son empreinte. »Son film Carancho fait partie de la sélection Un Certain Regard lors du Festival de Cannes en 2010. Sélection qu'il retrouve en 2012 avec son film Elefante Blanco.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2015 Elefante blanco Réalisateur -
2015 El Clan Réalisateur, Scénariste, Producteur -
2012 Elefante blanco Réalisateur, Scénariste -
2012 7 jours à la Havane Réalisateur -
2011 Carancho Réalisateur, Scénariste, Producteur -

Stars associées