Titre original Inglorious Bastards
Date de sortie 19 août 2009
Réalisé par Quentin Tarantino
Avec Brad Pitt , Mélanie Laurent , Christoph Waltz
Scénariste(s) Quentin Tarantino
Distributeur Universal Pictures International France
Année de production 2009
Pays de production US
Producteurs Lawrence Bender Harvey Weinstein
Genre Film historique, Film de guerre, Action

Synopsis

Durant les premières années de l’occupation allemande en France, Shosanna Dreyfus assiste à l’exécution de sa famille tombée entre les mains du Colonel nazi Hans Landa. Shosanna s’échappe de justesse et s’enfuit vers Paris où elle va se construire une nouvelle identité comme propriétaire d’une salle de cinéma. Ailleurs en Europe, le Lieutenant Aldo Raine forme un groupe de soldats juifs américains ayant pour but de mener des actions punitives particulièrement sanglantes contre les nazis. « Les bâtards », nom sous lequel leurs ennemis vont apprendre à les connaître, se joignent à l’actrice allemande et agent secret Bridget von Hammersmark pour tenter d’éliminer les leaders du Troisième Reich. Tous ces destins vont se jouer à l’entrée du cinéma où Shosanna est décidée à mettre à exécution une vengeance très personnelle…

Offres VOD

Videofutur SD Videofutur 1.99 € Louer 9.99  € Acheter
SFR HD SD SFR 2 € Louer
FilmoTV HD FilmoTV 2.99 € Louer 11.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 1 € Louer 13.99  € Acheter
MYTF1VOD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Dernières News

Les meilleurs seconds rôles de Brad Pitt

Brad ou le meilleur faux premier rôle du cinéma actuel.

Photos

Inglourious Basterds

Casting

Brad Pitt
Lieutenant Aldo Raine
Christoph Waltz
le colonel nazi Hans Landa
Eli Roth
Sergent Donny Donowitz

Critiques

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Plus inspiré que dans ses deux précédents films, Tarantino use des dialogues pour faire monter la sauce, suggérant que la ruse et la rhétorique sont parfois plus efficaces que la force brute qui, de son côté, sert quand même à ponctuer les discussions, éliminer les personnages secondaires et assurer le spectacle. Une heureuse trouvaille consiste à utiliser le français, l’allemand, l’anglais ou l’italien selon les circonstances. La plupart du temps, le procédé fonctionne bien (à l’exception des scènes françaises, plutôt faibles). Dans sa seconde moitié, le film trouve un rythme idéal. Jusqu’au
    bouquet final qui, avec un culot invraisemblable, réécrit l’histoire au nom du cinéma.