Date de sortie 12 juin 2019
Durée 103 mn
Réalisé par Bertrand Bonello
Avec Louise Labeque , Wislanda Louimat , Mackenson Bijou
Scénariste(s) Bertrand Bonello
Distributeur AD VITAM
Année de production 2019
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Haïti, 1962. Un homme est ramené d’entre les morts pour être envoyé de force dans l’enfer des plantations de canne à sucre. 55 ans plus tard, au prestigieux pensionnat de la Légion d’honneur à Paris, une adolescente haïtienne confie à ses nouvelles amies le secret qui hante sa famille. Elle est loin de se douter que ces mystères vont persuader l’une d’entre elles, en proie à un chagrin d’amour, à commettre l’irréparable.

Toutes les séances de Zombi Child

Photos de Zombi Child

GALERIE
Ad Vitam / My New Pictures / Arte France Cinéma / Les Films du Bal
GALERIE
Ad Vitam / My New Pictures / Arte France Cinéma / Les Films du Bal
GALERIE
Ad Vitam / My New Pictures / Arte France Cinéma / Les Films du Bal
GALERIE
Ad Vitam / My New Pictures / Arte France Cinéma / Les Films du Bal
AFFICHE
Ad Vitam / My New Pictures / Arte France Cinéma / Les Films du Bal
GALERIE
Ad Vitam / My New Pictures / Arte France Cinéma / Les Films du Bal
GALERIE
Ad Vitam / My New Pictures / Arte France Cinéma / Les Films du Bal
AFFICHE
Ad Vitam / My New Pictures / Arte France Cinéma / Les Films du Bal
GALERIE
Ad Vitam / My New Pictures / Arte France Cinéma / Les Films du Bal
GALERIE
Ad Vitam / My New Pictures / Arte France Cinéma / Les Films du Bal
GALERIE
Ad Vitam / My New Pictures / Arte France Cinéma / Les Films du Bal
GALERIE
Ad Vitam / My New Pictures / Arte France Cinéma / Les Films du Bal
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
AFFICHE
GALERIE
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Ninon François (Romy), personnage, Mathilde Riu (Adèle), Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Ninon François (Romy), personnage, Mathilde Riu (Adèle), Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Ninon François (Romy), personnage, Mathilde Riu (Adèle), Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Ninon François (Romy), personnage, Mathilde Riu (Adèle), Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Zombi Child, affiche

Zombi Child, affiche

Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Ninon François (Romy), personnage, Mathilde Riu (Adèle), Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Ninon François (Romy), personnage, Mathilde Riu (Adèle), Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Zombi Child, affiche

Zombi Child, affiche

Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Ninon François (Romy), personnage, Mathilde Riu (Adèle), Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Ninon François (Romy), personnage, Mathilde Riu (Adèle), Louise Labeque (Fanny), Wislanda Louimat (Mélissa)

Louise Labeque (Fanny)

Louise Labeque (Fanny)

Zombi Child, extrait

Zombi Child, extrait

Critiques de Zombi Child

  1. Première
    par Thomas Baurez

    Il y a des films qui donnent tout, tout de suite (Sibyl ce mois-ci, par exemple), d’autres qui s’envisagent comme des matières plus ou moins dormantes où les choses se cristallisent après coup. En l’espèce, Bertrand Bonello, réalisateur de films de cette seconde catégorie (De la guerre, Nocturama...), s’attaquant à une histoire de morts-vivants paraissait logique. La grâce de sa mise en scène flottante et charnelle n’empêchait pas sur le papier le gore de surgir. Nous voici à Haïti dans les années 60. Un homme tombe en pleine rue. Très vite, un cercueil et une procession. La caméra se place dans le noir tombeau. Le mort est vivant. Pénombre. L’homme sorti de terre devient un être soumis. Sans transition, un panoramique montre des lycéennes vaguement somnolentes pendant un cours sur le sens du mot « révolution ». France, de nos jours, lit-on. Nous sommes dans un pensionnat de jeunes filles bien nées. Jacques Tourneur voire Wes Craven d’un côté. Sofia Coppola ou Peter Weir de l’autre. Quelque chose infuse d’un territoire à l’autre. Quoi au juste ? Une croyance ? Une malédiction ? Un sacrifice ? L’une des lycéennes est la petite-fille du zombi haïtien. Un zombi plus mélancolique qu’affamé qui vient corriger la figure de pop star généralement accolée à ladite créature (cf The dead don’t die). La mise en scène capte une atmosphère qu’on aimerait toutefois plus envoûtante et forcément un peu plus dévorante. L’emprise des ténèbres – pour paraphraser le titre d’un bon film de Wes Craven sur la question – n’a malheureusement pas vraiment lieu.