Titre original White Bird in a Blizzard
Date de sortie 15 octobre 2014
Réalisé par Gregg Araki
Avec Shailene Woodley , Eva Green , Christopher Meloni
Scénariste(s) Gregg Araki
Distributeur Bac Films
Année de production 2014
Pays de production US
Genre Comédie dramatique

Synopsis

Kat Connor a 17 ans lorsque sa mère disparaît sans laisser de trace. Alors qu’elle découvre au même moment sa sexualité,  Kat semble  à peine troublée par cette absence et ne paraît pas en vouloir à son père, un homme effacé. Mais peu à peu, ses nuits peuplées de rêves vont l’affecter profondément et l’amener à s’interroger sur elle-même et sur les raisons véritables de la disparition de sa mère…Adaptation du roman Un Oiseau blanc dans le blizzard de Laura Kasischke

Toutes les séances de White Bird

Photos de White Bird

DR
DR
Bac Films / Why Not Productions
Bac Films / Why Not Productions
Bac Films / Why Not Productions
Bac Films / Why Not Productions
Bac Films / Why Not Productions
Bac Films / Why Not Productions
Bac Films / Why Not Productions
Bac Films / Why Not Productions
Bac Films / Why Not Productions
Bac Films / Why Not Productions

White Bird

White Bird

White Bird in a Blizzard

White Bird in a Blizzard

White Bird in a Blizzard

White Bird in a Blizzard

White Bird in a Blizzard

White Bird in a Blizzard

White Bird in a Blizzard

White Bird in a Blizzard

White Bird in a Blizzard

White Bird

Critiques de White Bird

  1. Première
    par Thomas Agnelli

    Kat, 17 ans, ne comprend pas pourquoi sa mère s’est volatilisée par un après-midi glacé de janvier. Au cœur de cette période trouble où elle découvre sa sexualité, elle est alors assaillie de doutes et de visions qui la conduisent à s’interroger sur cette disparition. Après l’apocalypse jouissive de "Kaboom", Gregg Araki retrouve la veine sérieuse de son génial "Mysterious Skin" et, toujours dans un style pop fluo, colorise un roman noir et trouble de Laura Kasischke. Avec cette héroïne travaillée par le désir et la culpabilité (Shailene Woodley), il sonde l’adolescence des années 80, celle qui écoutait les Cocteau Twins sur son baladeur, sans portable ni Facebook. Si l’on retrouve ici les archétypes du teen movie qu’Araki adore (l’amie rebelle aux mèches bleues, le pote homo, le play-boy torturé...), on est étonné de le voir lorgner vers David Lynch en reprenant certains de ses cauchemars récurrents (comme l’Amérique pavillonnaire fissurée, les rêves de putréfaction), allant même jusqu’à proposer un caméo à Sheryl Lee, la Laura Palmer de "Twin Peaks". On est surtout bluffé par son portrait pathétique et touchant d’une desperate housewife tirée à quatre épingles, qui offre à Eva Green son meilleur rôle.