Titre original Walk Away Renée
Date de sortie 2 mai 2012
Réalisé par Jonathan Caouette
Avec Jonathan Caouette , Renee Leblanc , Adolph Davis
Scénariste(s) Jonathan Caouette
Distributeur UFO Dist.
Année de production 2012
Pays de production BE,FR,US
Genre Documentaire

Synopsis

En compagnie de sa mère, Renée, qui souffre d'importants troubles mentaux, le réalisateur Jonathan Caouette entreprend un voyage à travers les Etats-Unis, pour la déménager de Houston à New York. Les obstacles qu'ils rencontrent sur leur route sont entrecoupés de retours dans le temps qui donnent un aperçu de cette relation mère-fils hors du commun. A travers un montage musical et parfois psychédélique, alternant réalité et imaginaire, Walk Away Renée traite de l'amour, du sacrifice et de la perception de la réalité qui nous entoure.Le film est présenté en compétition officielle lors de la 50ème Semaine de la Critique.

Offres VOD de Walk Away Renée

Imineo SD Imineo 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
SFR SD SFR 2.99 € Louer
UniversCiné SD UniversCiné 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Walk Away Renée

Photos de Walk Away Renée

DR
DR
DR

Walk Away Renée

Walk Away Renée

Affiche Française du film Walk Away Renée

Casting de Walk Away Renée

Critiques de Walk Away Renée

  1. Première
    par Aline Paulhe

    En 2004, Jonathan Caouette avait électrisé la Croisette avec Tarnation, qui compilait des images de sa vie filmées par lui-même pendant une vingtaine d’années et où Renée occupait déjà une place centrale. L’exercice, entre portrait parano d’une Amérique marginale et autofiction narcissique, était un vaste défouloir, manière pour Caouette de bazarder son héritage à coups d’images psychédéliques. À cette aune, Walk Away Renée, brillante copie carbone du film précédent, s’avère nettement plus sombre et, du coup, un peu décevant. C’est le film de la rechute par excellence, autant pour Renée, dont on suit, impuissants, le délitement tragique, que pour Jonathan Caouette, dont le cinéma semble coincé dans une logique infernale de répétition.