Titre original Utoya 22. juli
Date de sortie 12 décembre 2018
Durée 93 mn
Réalisé par Erik Poppe
Avec Andrea Berntzen , Aleksander Holmen , Solveig Koloen Birkeland
Scénariste(s) Anna Bache-Wiig, Siv Rajendram Eliassen
Distributeur Potemkine Films
Année de production 2018
Pays de production Norvège
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Île d’Utøya, Norvège. Le 22 juillet 2011.
Dans un camp d‘été organisé par la Ligue des jeunes travaillistes, un homme de 32 ans ouvre le feu. Les jeunes présents sur l'île tentent de survivre à l'attaque.

Offres VOD

Pas d'offres actuellement.

Dernières News

Que voir sur Netflix France en octobre 2018 ?

Les Espagnols d'Elite, les Anglais de Bodyguard, l'horreur de Hill House, le retour de Daredevil et la suite de Making a Murderer.

Casting

AFFICHE
Potemkine Films / Paradox Film 7 / Nordisk Film- & TV-Fond
AFFICHE
Potemkine Films / Paradox Film 7 / Nordisk Film- & TV-Fond
GALERIE
Potemkine Films / Paradox Film 7 / Nordisk Film- & TV-Fond
AFFICHE
AFFICHE
GALERIE

Utoya, 22 juillet, affiche

Utoya, 22 juillet, affiche

Utoya, 22 juillet, affiche

Utoya, 22 juillet, affiche

Andrea Berntzen (Kaja)

Andrea Berntzen (Kaja)

Critiques

  1. Première
    par Gérard Delorme

    En dépit de sa forme singulière, ce sixième film du norvégien Erik Poppe s’intègre dans un ensemble très cohérent, fruit de réflexions approfondies sur la subjectivité comme amplificateur émotionnel. Il avait déjà pris cette direction dans L’Épreuve, une fiction semi-autobiographique (il a lui-même été photographe de guerre) avec Juliette Binoche. Avec Utøya, 22 juillet, il poursuit à l’extrême une approche immersive et sensorielle en filmant ses acteurs au plus près. Le réalisme qui en résulte ne relève pas pour autant du documentaire : il s’agit bien d’une fiction, inspirée de multiples témoignages de survivants. Le film commence 12 minutes avant l’irruption (hors champ) du fanatique Anders Breivik sur l’île où sont rassemblés des jeunes travaillistes, le temps d’installer un lien affectif entre Kaja, une jeune militante de 19 ans, et sa soeur qu’elle perd de vue. Après le début des tirs, la caméra portée suit Kaja pendant la quasi-totalité des 72 minutes restantes, transmettant en direct sa surprise, sa terreur, ainsi que ses efforts pour résister à la panique, survivre et sauver ses proches. Le résultat ne manque pas d’efficacité et ne peut pas laisser indifférent, sachant qu’à la plupart des coups de feu entendus correspond une victime (il y aura 69 morts et 33 blessés). À l’évidence, les multiples procédés utilisés posent des questions morales qui ne manqueront pas de diviser, mais cette ambiguïté fait aussi l’intérêt d’un projet trop complexe et réfléchi pour être jugé à la hâte.