Titre original Sonner av Norge
Date de sortie 6 juin 2012
Durée 87 mn
Réalisé par Jens Lien
Avec Sven Nordin , Asmund Hoeg , Sonja Richter
Scénariste(s) Nikolaj Frobenius
Distributeur Zootrope Films
Année de production 2011
Pays de production Norvège, Suède
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

En 1978, Nikolas a 14 ans, il vit une existence idyllique avec son frère et ses parents hippies, Magnus et Lone. Lorsque Lone meurt dans un accident de voiture, Magnus fait une grave dépression. Nikolas ne sait pas vers qui ou quoi se tourner jusqu'à ce que son meilleur ami lui fasse découvrir l'album Never Mind the Bollocks des Sex Pistols. Nikolas s'achète une guitare. Lorsque son père sort de sa dépression il encourage son fils. Il est difficile d'être un rebelle mais encore plus quand votre père écoute la même chose que vous.

Offres VOD de Une éducation norvégienne

Orange SD HD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Une éducation norvégienne

Photos de Une éducation norvégienne

DR
DR
Zootrope Films
Zootrope Films
Zootrope Films
Zootrope Films
Zootrope Films
Zootrope Films

Une Education Norvégienne

Une éducation Norvégienne

Une éducation Norvégienne

Une éducation Norvégienne

Une éducation Norvégienne

Une éducation Norvégienne

Une éducation Norvégienne

Affiche Française

Une éducation Norvégienne

Casting de Une éducation norvégienne

John Lydon
Johnny Rotten

Critiques de Une éducation norvégienne

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Ceux qui ont vu Norway of Life savent que son auteur, Jens Lien, laisse volontiers l’incongru s’immiscer dans le réel pour mieux faire passer son message. C’est encore le cas avec Une éducation norvégienne, dont le sujet (le passage à l’âge adulte) pâtirait d’un traitement prosaïque. Dès le départ, il est clair que les personnages sont trop singuliers et nuancés pour se diriger vers le prévisible clash générationnel entre l’adulte hippie et l’ado punk. En vérité, le fils a moins besoin de révolte que de stabilité. Et son père, qui a de bonnes raisons d’être perturbé, ne prend que de mauvaises décisions, surtout lorsqu’il adopte, au grand embarras de son rejeton, le « libertarisme » punk. Jens Lien le dit avec un humour, une subtilité et une poésie qui vont de pair avec une bonne dose d’ironie, incarnée par John Lydon (le Johnny Rotten des Sex Pistols), dans son propre rôle de porte-parole plein d’autodérision.