Date de sortie 23 novembre 2016
Réalisé par Stéphane Brizé
Avec Judith Chemla , Jean-Pierre Darroussin , Yolande Moreau
Scénariste(s) Stéphane Brizé, Florence VIGNON
Distributeur Diaphana distribution
Année de production 2016
Pays de production france, BELGIQUE
Genre Drame
D’après l’œuvre de Guy de Maupassant
Couleur Couleur

Synopsis

La jeune Jeanne est encore pleine de l'innocence de l'enfance lorsqu'elle revient dans le château familial en 1819 en Normandie après avoir fini ses études dans un couvent. Elle s'occupe à de menus travaux dans le jardin avec ses parents, le baron et la baronne, dont la tendresse et l'esprit d'ouverture ne suffisent pas à la préparer à la vie adulte. Jeanne s'éprend rapidement d'un jeune vicomte local, Julien, mais leur nuit de noces catastrophique annonce une vie de couple compliquée. Car Julien est volage, avare et brutal. Jeanne doit endurer les tromperies et la violence de son mari. La naïveté de la jeunesse finit par s'évaporer...
Adaptation de l'oeuvre de Maupassant

Dernières News

Une Vie de Stéphane Brizé obtient le prix Louis Delluc

Un premier pas vers les César pour le nouveau film du réalisateur de La Loi du marché.

Critiques

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Les plans sont fixes avec peu de mouvements à l’intérieur : a priori rien ne distingue Une vie de La Loi du marché, le précédent film de Stéphane Brizé d’autant que, dans les deux cas, il est question d’une effrayante réalité sociale qui écrase les plus faibles. Pourtant, on ne fait pas plus opposé que ces deux variations autour du thème du déclassement, indépendamment des différences d’époque et de milieu -Une vie, adaptation de Maupassant, se passe au 19ème siècle au sein de l’aristocratie de province. Tenté par l’épure depuis ses débuts, Brizé a opté pour le format carré, qui a pour effet de comprimer les personnages dans le cadre, manière d’évoquer leur cloisonnement. Un choix culotté qui se traduit par une absence de souffle romanesque que l’on était en droit d’attendre d’un tel sujet. Au grands espaces et aux sentiments exaltés Brizé a préféré un impressionnisme ténu porté par la délicate Judith Chemla, qui joue cette Jeanne poursuivi par la poisse (un mari infidèle, une fortune dilapidée) avec une retenue particulièrement frustrante -le cinéaste la filme en train de coudre, de bêcher, de dialoguer platement avec d’autres personnages tout aussi peu incarnés. Le temps d’une séquence de fuite dans la nuit, au lyrisme presque fantastique, on entrevoit ce qu’aurait pu être Une vie : un film en mouvement, insaisissable et accrocheur. Vivant, en somme. Christophe Narbonne