Transcendance

Transcendance

Internautes
4.375

Moyenne : 4.4 (2 votes)

Première
1.25

(1 critique)
Presse
1.953125

(24 critiques)
Votre avis

La critique de Premiere
1.25

Mathieu Carratier
1.25

Chef op attitré de Christopher Nolan, Wally Pfister tente le grand saut avec ce techno-thriller où l’influence du réalisateur de Memento est omniprésente. Nolan avait d’ailleurs envisagé de le mettre en scène avant de se contenter d’un crédit de producteur exécutif. Malgré les forces en présence, on est malheureusement plus proche de la déception que d’Inception... La faute à un scénario boiteux
qui, au-delà d’être un remake déguisé du (déjà pas fameux) Cobaye, dans lequel Pierce Brosnan transformait un neuneu en génie diabolique grâce à l’informatique, cesse très vite d’intriguer pour sombrer dans le ridicule. Désincarné dans tous les sens du terme, Johnny Depp a l’air de savoir qu’il est en train de se fourvoyer dans un film à l’intelligence... très artificielle.

Les autres avis de la presse (24)
1.953125

Cinoche.com
(Elizabeth Lepage-Boily)
1.25

Comme il n'est pas arrivé à le faire pour The Lone Ranger, Johnny Depp ne pourra pas sauver Transcendence de l'échec public qui l'attend. On peut parfois blâmer l'originalité ou l'audace pour expliquer l'insuccès populaire d'un film, mais cette fois-ci il faudra se rendre à l'évidence et laisser tomber les excuses faciles; Transcendence est raté. Tout simplement.

LaPresse.ca
(Marc-André Lussier)
2.5

Jusqu'à maintenant, Wally Pfister s'est distingué à Hollywood en tant que directeur photo. Sans être dénué de qualités, Transcendence affiche trop de similarités avec les films de son comparse Christopher Nolan (The Dark Night) pour bien soutenir la comparaison. La première partie de ce drame d'anticipation sans âme est pourtant bien maîtrisée. Et pose des questions éthiques pertinentes. (...) Force est de constater que ce premier long métrage (...) ne nous convainc qu'à moitié. Peut-on télécharger une âme dans un film?

20 Minutes
(Caroline Vié)
0

Johnny Depp est le héros de ce film de science-fiction confus et mollasson…La médiocrité du film donne à penser qu’il n’a dû s’attarder ni sur le plateau, ni en salle de montage. L’ensemble tourne vite au ridicule tant le scénario est paresseux et servi par des acteurs en service minimum.

A voir à lire
(Tristan Gauthier)
1.25

Après ses aventures « sparoïques » à bord du Black Pearl et sa métamorphose en indien bizarroïde à la coiffe toquée dans Lone Ranger, Johnny Depp a choisi de disparaître en se dématérialisant purement et simplement. Comme ça, histoire de changer d’air et de ramasser gros. Une incursion dans la SF qui part bien vite en eau de boudin pour un résultat vraiment décevant. Autant le dire de suite : c’est lisse et on s’ennuie ferme.

Critikat.com
(Ariane Beauvillard)
1.25

L’intrigue technologique ne suffit pas à créer ex nihilo un débat moral ou une puissance formelle... le pari de plaquer des figures, humaines ou immatérielles, dans l’air du temps sur un média qui tente de concurrencer sa grande rivale de lucarne engendre, certes, une forme logique, mais dénuée de toute créativité et de tout passion, même mineure.

Ecran Large
(Simon Riaux)
1.25

En retard de trente ans, Transcendance déroule un programme rance servis par des comédiens en hibernation. Pour l'intelligence, on ne sait pas, mais le cinéma artificiel est effectivement devenu réalité.

Public
(Florence Roman)
3.75

Pas besoin d'être un geek pour apprécier cette histoire passionnante dans laquelle Johnny Depp joue les hologrammes et continue d'aimer son épouse après la mort.

Closer
(La rédaction de Closer)
2.5

Si vous aimez la science-fiction, johnny Depp et les théories du complot, foncez voir ce thriller aux effets spéciaux spectaculaires.

Direct Matin
(La rédaction de Direct Matin)
2.5

Sans doute trop intellectualisé et manquant d’un climax fort, "Transcendance" propose cependant de bonnes idées, notamment sur les dérives d’une société qui jouerait les apprentis-sorciers.

Metro
(Marilyne Letertre)
2.5

Et si ce thriller futuriste peine à rendre son propos crédible et manque de suspense, Rebecca Hall (qui joue ici l’épouse du scientifique) et Johnny Depp transcendent leur love story 3.0.

Télé 7 jours
(Philippe Ross)
1.25

Chef opérateur de Christopher Nolan, Pfister fait ses débuts dans la réalisation avec ce film de SF très ambitieux qui, hélas, plombé par un scénario bancal, ne tient pas ses promesses. Un échec outre-Atlantique, malgré la présence de Johnny Depp.

Gala
(Jean-Christian Hay)
0

un film raté malgré son postulat de départ séduisant et un casting alléchant.

Télé loisirs
(Gwénola Trouillard)
0

Malgré son casting quatre étoiles qui inclut Cillian Murphy (Inception) Morgan Freeman (Insaisissables), Paul Bettany (Da Vinci Code, Priest) et Kate Mara (House of Cards), cette fable d'anticipation ambitieuse est ratée.

Dauphiné Libéré
(La rédaction du Dauphiné Libéré)
1.25

Une science-fiction mettant en scène de façon un peu trop formatée la grande peur contemporaine.

NewYorker
(David Denby)
1.25

Ce film n’a pas de rythme, pas de forme et hormis certains plans il est très ras des pâquerettes.

Salon.com
(Andrew O'Heir)
0

Un film abrutissant : lorsque la mauvaise science rencontre la mauvaise sociologie qui rencontre la mauvaise théologie.

Ses dernières critiques :

Village Voice
(Stephanie Zacharek)
0

Encore un film sur le même concept : « contrôle la technologie avant qu’elle ne le fasse pour toi », du déjà-vu.

Christian Science Monitor
(Peter Rainer)
1.25

Modérément divertissant, périodiquement ennuyeux.

LA Times
(Kenneth Turan)
2.5

Un travail ambitieux et provocateur qui chavire entre l’avertissement et la célébration.

Reel Film Reviews
(James Berardinelli)
0

Malheureusement, un film ne repose pas uniquement sur des concepts innovants, on le voit bien ici, le manque de cohérence et de substance rende transcendance décevant.

Toronto Star
(Peter Howell)
2.5

Le génie de l’alchimie entre Depp et Hall amène du cœur et de l’âme au sein de cette immense machine.

St Louis Post Dispatch
(Joe William)
2.5

Un film ambitieux qui contient trop d’artifices et qui manque de neurones.

Grantland
(Morris Wesley)
0

Ce film ne déclenche ni paranoïa, ni suspense ni questionnement, il est totalement insipide.

ORANGE COUNTY REGISTER
(Michael Sragow)
0

Heureusement que ce film ne s'appelle pas "cohérence".

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Box-office

Sur la période du 29/11 au 05/12 2017
En collaboration avec CBO

29%
Nombre d'entrées: 
948 846
Cumul des entrées: 
1 016 059

8%
Nombre d'entrées: 
273 598
Cumul des entrées: 
686 012

8%
Nombre d'entrées: 
250 306
Cumul des entrées: 
250 306

7%
Nombre d'entrées: 
242 746
Cumul des entrées: 
1 496 208

6%
Nombre d'entrées: 
193 463
Cumul des entrées: 
193 463

Les plus vues