Titre original The reader
Date de sortie 15 juillet 2009
Réalisé par Stephen Daldry
Avec Kate Winslet , Ralph Fiennes , David Kross
Scénariste(s) David Hare
Distributeur SND
Année de production 2009
Pays de production DE,US
Producteurs Sydney Pollack Anthony Minghella
Genre Drame, Film de guerre

Synopsis

Allemagne de l’Ouest, au lendemain de la seconde guerre mondiale. Un adolescent, Michael Berg, fait par hasard la connaissance de Hanna, une femme de trente-cinq ans dont il devient l’amant. Commence alors une liaison secrète et passionnelle. Pendant plusieurs mois, Michael rejoint Hanna chez elle tous les jours, et l'un de leurs jeux consiste à ce qu'il lui fasse la lecture. Il découvre peu à peu le plaisir qu’elle éprouve lors de cerituel tandis qu’il lui lit “l’Odyssée,” “Huckleberry Finn” et “La Dame au petit chien.” Hanna reste pourtant mystérieuse et imprévisible. Un jour,elle disparaît, laissant Michael le coeur brisé. Huit ans plus tard, devenu étudiant en droit, Michael assiste aux procès des crimes de guerre Nazi. Il retrouve Hanna... sur le banc des accusés. Peu à peu, le passé secret de Hanna est dévoilé au grand jour.D'après le roman éponyme de Bernhard Schlink.

Photos

The reader

Casting

Kate Winslet
Hanna Schmitz
Ralph Fiennes
Michael Berg
David Kross
Young Michael Berg

Critiques

  1. Première
    par Didier Roth-Bettoni

    De Stephen Daldry, on avait adoré Billy Elliot et The Hours, œuvres aussi singulières que brillantes. (...) Le cinéaste n’a rien perdu de son savoir-faire technique ni de son habileté à entremêler les époques, The Reader jouant des flash-back et des passages des années 90 aux années 50-60 avec une fluidité étonnante. Daldry affirme aussi son goût pour les plans très pensés, à la limite du symbolique, et sa capacité à s’entourer des meilleurs techniciens. Il confirme enfin son talent de directeur d’acteurs : ce n’est pas pour rien que Kate Winslet a remporté un Oscar pour ce rôle, comme Nicole Kidman en avait eu un pour The Hours.
    Mais on ne peut évidemment se contenter de regarder The Reader d’un simple point de vue technique ou esthétique. Comme le livre dont il est issu, le film porte à nouveau le fer là où ça fait mal, dans la plaie jamais cicatrisée de l’histoire allemande. (...) Il interroge la question jamais résolue de la culpabilité individuelle et collective des Allemands dans les crimes nazis. Il sonde également la monstruosité ordinaire ainsi que les rapports complexes entre les générations nées après la guerre et celle de leurs parents ayant participé, de près ou de loin, à l’extermination des juifs. Le livre de Schlink était assez ambigu sur ces thèmes-là, faisant de ses lecteurs les otages d’une émotion omniprésente et d’une empathie irrésistible envers Hanna, tout à la fois bourreau et victime. Même s’il souffre de défauts similaires, le film de Daldry transcende le roman en créant un malaise durable...

  2. Première
    par Stéphanie Lamôme

    (...) un indigeste best-of socio-historico-psycho-philosophique qui écrase et annihile sa portée sous le poids de sa propre importance. Daldry alterne tout en permanence : les actions (faire la lecture ou l’amour), les époques (années 50-60 ou années 90), les genres (histoire d’amour taboue ou mélodrame historique avec un crochet par le nec plus ultra du film de procès, celui contre les crimes de guerre nazis !), et le casting (Anglo-saxons ou vrais Allemands, avec Bruno Ganz en caution germanique). Impression désagréable d’être sur un pont suspendu entre deux rives, c’est-à-dire nulle part.