Titre original Yi dai zong shi
Date de sortie 17 avril 2013
Durée 115 mn
Réalisé par Wong Kar Wai
Avec Tony Leung Chiu-Wai , Zhang Ziyi , Chang Chen
Scénariste(s) Wong Kar Wai, Zou Jingzhi, Xu Haofeng
Distributeur Wild Bunch
Année de production 2013
Pays de production CHINE, HongKong
Genre Film d'action
Couleur Couleur

Synopsis

THE GRANDMSTER est l’histoire d’Ip Man, maître de l’école du wing-chun (une des branches du kung-fu chinois) et professeur du célèbre Bruce Lee. Mais le film évoque également une époque révolue et un monde disparu.Né à Foshan, au sud de la Chine, dans une famille aisée, Ip Man épouse une descendante de la noblesse de Mandchourie Vouant une passion absolue au wing-chun, il fréquente le Pavillon d’Or, élégant bordel où se retrouvent les maîtres de kung-fu de Foshan et les femmes qui cachent quelques secrets en matière d’arts martiaux.En 1936, le pays est en proie à des troubles politiques profonds et est au bord de la guerre civile. Les Japonais ont envahi les provinces du nord- est qui constituent la Mandchourie. Le Grand-maître Gong Baosen, à la tête de la communauté des arts martiaux du Nord, débarque à Foshan. Il s’y est déjà rendu pour favoriser des échanges entre les experts d’arts martiaux du Nord et du Sud. Cette fois, il y a été convié par les maîtres du Sud qui ont organisé sa cérémonie d’adieux au Pavillon d’Or.Au cours de la cérémonie, un jeune homme exécute plusieurs figures pour démontrer ses compétences. Le disciple et successeur de Gong Baosen, Ma San (Zhang Jin), maître de Xingyi quan, a occupé la même fonction lors d’une cérémonie précédente dans le nord-est du pays. La fille de Gong, Gong Er, la seule à maîtriser la figure mortelle de son père – le fameux «64 mains» inspiré du style de kung-fu Bagua – arrive également à Foshan pour assister aux adieux de son père. C’est là qu’elle fait la connaissance d’Ip Man. Mais qui est à même d’affronter le Vieux Maître ? De défis en combats, les maîtres s’opposent à d’autres maîtres...Pendant ce temps-là, l’invasion du Nord-est du pays par le Japon préfigure une trahison qui bouleversera l’univers de Maître Gong.

Offres VOD

Pas d'offres actuellement.

Dernières News

A ne pas manquer : The Grandmaster en replay

Le chef d’œuvre de Wong Kar-Wai sera disponible gratuitement toute la semaine sur Arte +7.

A la télé ce soir : The Grandmaster, A la poursuite d’Octobre Rouge, 8 Femmes…

Wong Kar-Wai, John McTiernan et François Ozon se chargent de vous divertir, ce soir.

Photos

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

Poster Us

The Grandmaster

Poster Us

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

The Grandmaster

Affiche Française

The grandmaster

Affiche Française

The grandmaster

Critiques

  1. Première
    par François Grelet

    The Grandmaster s’est longtemps appelé The Grandmasters. Wong Kar-wai avait donc à un moment prévu de donner des airs de fi lm choral à son (faux) biopic d’Ip Man. Finalement, The Grandmaster sort en salles au singulier, sacrifiant les personnages satellites qui tournent autour de celui qui fut le maître de Bruce Lee. Le souci, c’est que ce choix de narration semble s'être imposé à cause de l’ampleur folle du projet et non en raison d’une visée artistique véritablement soupesée. En ce sens, le nouveau Wong Kar-wai ressemble au gigantesque trailer d’un film dont nous verrons probablement une version longue – aux dernières nouvelles le réalisateur est reparti en salle de montage. Alors, à quoi bon se déplacer cette fois ? Parce que même si le film est en lambeaux, ces derniers n’en restent pas moins somptueux. La bonne nouvelle, c’est que The Grandmaster est
    un vrai long métrage sur le kung-fu et pas une production où des gens se balancent des volées de coups entre deux déambulations au ralenti dans des couloirs enfumés. Un peu anesthésiés par le spleen de ses trois précédents films, on avait presque oublié à quel point Wong Kar-wai demeure un cinéaste de l’excitation visuelle pure. Sublimement shootées, splendidement iconiques, les scènes de combat procurent ici des moments de jubilation foudroyants. Si Tony Leung est le grandmaster du titre, Zhang Ziyi, elle, n’est jamais très loin de lui voler la vedette, s’adjugeant les plus belles scènes (le combat en vison sur un quai de gare ou celui, tout en frôlements, qui débouche sur un baiser non consenti). Même en version courte, force est de constater que cette oeuvre-là se conjugue au pluriel.