Titre original Soshite Chichi ni Naru
Date de sortie 25 décembre 2013
Durée 120 mn
Réalisé par Hirokazu Kore-Eda
Avec Masaharu Fukuyama , Machiko Ono , Yôko Maki
Scénariste(s) Hirokazu Kore-Eda
Distributeur Le Pacte
Année de production 2013
Pays de production Japon
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Ryoata, un architecte obsédé par la réussite professionnelle, forme avec sa jeune épouse et leur fils de 6 ans une famille idéale. Tous ses repères volent en éclats quand la maternité de l'hôpital où est né leur enfant leur apprend que deux nourrissons ont été échangés à la naissance : le garçon qu’il a élevé n’est pas le sien et leur fils biologique a grandi dans un milieu plus modeste…

Offres VOD

UniversCiné SD HD UniversCiné 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
FTV SD FTV 10.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
FNAC HD SD FNAC 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
FilmoTV SD FilmoTV 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 9.99  € Acheter
Nolim Films HD SD Nolim Films 3.99 € Louer 13.99  € Acheter

Photos

Tel Père, Tel Fils

Casting

Masaharu Fukuyama
Ryota Nonomiya
Machiko Ono
Midori Nonomiya
Yôko Maki
Yukari Saiki
Lily Franky
Yudai Saiki

Critiques

  1. Première
    par Eric Vernay

    « Comment ai-je pu ne rien voir ? Je suis pourtant une mère. », se lamente Midori, effarée par sa propre méprise. Son mari Ryota tente bien de la consoler mais, au fond de lui, il est d’accord. Et presque rassuré que les « défauts » de son enfant trouvent enfin une explication logique. Car, cela crève les yeux : Keita a beau être un gentil petit garçon, il ne lui ressemble pas. Il n’est pas aussi perfectionniste que lui, l’architecte accompli, le bourreau de travail dénué de failles. Or les chiens ne font pas des chats, dit le dicton. Sur un scénario qui ne manquera pas d’évoquer au public français la comédie La vie est un long fleuve tranquille, d'Étienne Chatiliez, Hirokazu Kore-Eda s’interroge sur les affres du sentiment paternel en empruntant sa tonalité mélancolique habituelle. Si le style classique du réalisateur de Still Walking et Nobody Knows repose sur le tact et la retenue, le drame qu’il raconte s’avère d’une violence psychologique aiguë : doit-on échanger son enfant au nom des liens du sang ? Que représentent nos « attaches » génétiques au regard des liens du temps ? Suffit-il de monter une tente au milieu du salon pour réinventer un foyer ? Le film répond avec une douceur infinie, sans jamais céder à l’hystérie ou au pathos. Patiemment, par petites touches fluides et ouatées, parfois humoristiques, le réalisateur observe l’armure d’un homme transpercée par des sentiments inattendus. La naissance de ce père est bouleversante.