Titre original Tehran Taboo
Date de sortie 4 octobre 2017
Durée 96 mn
Réalisé par Ali Soozandeh
Scénariste(s) Ali Soozandeh
Distributeur ARP Selection
Année de production 2017
Pays de production AUTRICHE, Allemagne
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Téhéran : une société schizophrène dans laquelle le sexe, la corruption, la prostitution et la drogue coexistent avec les interdits religieux. Dans cette métropole grouillante, trois femmes de caractère et un jeune musicien tentent de s’émanciper en brisant les tabous...

Offres VOD

Orange SD HD Orange 11.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 5.99 € Louer 16.99  € Acheter

Dernières News

Téhéran Tabou, l’Iran dans tous ses états

Un dessin animé qui avance entre le trip planant et la gueule de bois du réel.

Photos

ARP Sélection / Little Dream Entertainment
ARP Sélection / Little Dream Entertainment
ARP Sélection / Little Dream Entertainment
ARP Sélection / Little Dream Entertainment
ARP Sélection / Little Dream Entertainment
ARP Sélection / Little Dream Entertainment

Critiques

  1. Première
    par Gael Golhen

    Tout commence par une fellation ratée : une femme monte dans un taxi avec son fils handicapé qu’elle colle à l’arrière. Elle commence à s’activer, mais le chauffeur, trop vieux et concentré sur la route, n’aura finalement jamais le droit à sa passe… Rien de neuf sous le soleil. Sauf qu’on est ici dans un film iranien. Pourtant la vraie surprise n’est pas la crudité de certaines séquences, mais la forme du projet. Ali Soozandeh utilise la rotoscopie et son rendu cotonneux pour décrire la réalité schizophrène de son pays. Son récit suit trois personnages : une maman qui se prostitue, un musicien qui après une rencontre d’un soir va devoir réparer son erreur et une jeune femme mélancolique qui multiplie les avortements. Trois destins qui racontent les contradictions d’une société stratifiée où le sexe, la drogue et la corruption sont planqués sous le voile de la morale et de la religion. Les Ayatollahs dodus changent de concubines tous les jours, les hommes mettent en cage leurs femmes avant d’aller dans les boites de strip et la drogue s’échange dans la rue, sur le capot des voitures. Le réel. Dur comme le bitume. Sale comme les ruelles des quartiers pauvres de Téhéran. En cherchant la vérité de son pays à travers l'animation, le genre le plus artificiel qui soit, Soozandeh semble affirmer que seul le dessin peut rendre le sentiment de tristesse, de désolation et de sidération que provoque un pays qui marche sur la tête. Le résultat est moins théorique et moins spectaculaire que le cinéma d’Ari Folman ou de Satoshi Kon, mais on retrouve cette manière de tremper son regard social dans un univers bariolé, irréel, où les personnages crèvent de solitude et de frustration.