Titre original T2 Trainspotting
Date de sortie 1 mars 2017
Réalisé par Danny Boyle
Avec Ewan McGregor , Jonny Lee Miller , Ewen Bremner
Scénariste(s) John Hodge
Distributeur Sony Pictures Releasing France
Année de production 2016
Pays de production GRANDE-BRETAGNE
Genre Drame
D’après l’œuvre de Irvine Welsh

Synopsis

D’abord, une bonne occasion s’est présentée. Puis vint la trahison.
Vingt ans plus tard, certaines choses ont changé, d’autres non.
Mark Renton revient au seul endroit qu’il ait jamais considéré comme son foyer.
Spud, Sick Boy et Begbie l’attendent.
Mais d’autres vieilles connaissances le guettent elles aussi : la tristesse, le deuil, la joie, la vengeance, la haine, l’amitié, le désir, la peur, les regrets, l’héroïne, l’autodestruction, le danger et la mort. Toutes sont là pour l’accueillir, prêtes à entrer dans la danse...

Suite du film Trainspotting, adaptation du roman Porno d'Irvine Welsh.

Infos de la rédaction

<p>[Actualisation du 3 novembre 2016]<br />
La première bande-annonce longue de T2 : Trainspotting (c'est le titre du film) a été dévoilé par Sony.</p>

Offres VOD

Orange 4K HD SD Orange 9.99  € Acheter
Nolim Films SD HD Nolim Films 4.99 € Louer 7.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 5.99 € Louer 17.99  € Acheter

Dernières News

Premières séances du 1er mars : Logan démarre en tête
 

C’est pourtant le pire démarrage d’un film de la franchise X-Men. (Source : Le Film Français)

Le Guide de la semaine

Ce qu’il faut voir ou pas cette semaine.

Critiques

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Iggy Pop appelle ça la "Post Pop Depression". C’est le titre de son dernier album, mais aussi, plus largement, un slogan censé résumer notre époque, ce monde post-Bowie où les icônes du XXème siècle tombent comme des mouches, où les hommages et les "RIP" émus saturent quotidiennement Facebook, où la pop culture passe son temps à contempler les vestiges de sa splendeur passée. En s’asseyant devant Trainspotting 2 (T2 pour les intimes), impossible ne pas entendre les réflexions philosophiques de l’Iguane bourdonner à nos oreilles. Déjà parce qu’Iggy Pop était l’une des grandes stars du premier Trainspotting, qui avait contribué à faire découvrir sa musique à une nouvelle génération au mitan des nineties. Ensuite parce qu’il y a quelque chose de fondamentalement étrange, has-been, hors-sujet, à remuer les glorieux souvenirs brit-pop de l’année 1996 (souvenez-vous : la rivalité Blur-Oasis ! Le New Labour de Tony Blair ! Kate Moss ! Les Spice Girls !) en pleine gueule de bois post-Brexit. Les temps ont changé, et pas sûr que Renton et ses copains aient grand-chose à dire là-dessus. Le sociopathe rigolo Bebgie annonçait-il Donald Trump ? A-t-on vraiment besoin de remuer tout ça ? Veut-on vraiment retomber dans la Post Pop Depression ?

    Fan service

    Danny Boyle n’ayant jamais été un réalisateur porté sur la nostalgie (il n’aura filmé dans sa vie que des aventuriers, des explorateurs, des utopistes, des types qui vont de l’avant, de Sunshine à Steve Jobs), il lui faut trois plans (ce qui chez lui dure quelque chose comme un quart de seconde) pour nous faire comprendre qu’il partage nos angoisses, et a justement décidé d’en faire le sujet de son film. T2 Trainspotting jouera donc en permanence sur deux tableaux. Face A : c’est un film de "copains d’avant", de retrouvailles entre potes, où les sentiments se partagent équitablement entre la joie et la mélancolie, quelque part entre Nous irons tous au paradis et Le Dernier Pub avant la fin du monde, mais saupoudré de fan service. Il s’agit ici de prendre des nouvelles des personnages, 21 ans après. Qu’a fait Renton à Amsterdam pendant tout ce temps ? Spud a-t-il fini par décrocher ? Sick Boy est-il toujours obsédé par Sean Connery ? Begbie finira-t-il par se venger de la trahison de Renton ? Et Ewan McGregor, alors ? A-t-il perdu son accent écossais à Hollywood ? Robert Carlyle est-il toujours aussi cool ? Il y a des gens que ces questions intéressent (l’auteur de ces lignes en fait partie) et ce film est pour eux (pour moi). Trainspotting 2, c’est Le Réveil de la Force pour les fans d’Oasis. Un concert de reformation où les vieilles gloires, sur scène, jouent consciencieusement tous les tubes. Puis il y la face B, plus retorse : un film-concept où il s’agit de faire se promener les personnages (et nous avec) dans les souvenirs du premier film, exactement comme le Marty McFly de Retour vers le futur 2 déambulait dans les scènes les plus iconiques de Retour vers le futur, et finissait par tomber nez à nez avec lui-même. Boyle agite et remixe ici TOUS les fétiches de Trainspotting ("Lust for life", "Perfect Day", "Born Slippy", la drogue, le cameo d’Irvine Welsh, les chiottes répugnantes…) et ouvre une faille spatio-temporelle, un précipice qui engloutit tout et qu’il filme avec son habituelle furie stroboscopique, esthétiquement plus proche de Trance, d’ailleurs (couleurs vulgaires et flashy, obsession pour les vitres et les reflets, décadrages zinzin…) que de Trainspotting premier du nom, histoire de démontrer que, pendant qu’on compte nos cheveux blancs, lui devient de plus en plus immature et irresponsable en vieillissant.

    Fantômes post-punk

    On peut très bien décider que tout ça est totalement vain et passer son chemin. On peut aussi se souvenir que ce vertige temporel était déjà à l’œuvre en 96. Film-totem absolu des nineties, Trainspotting mettait en réalité en scène des junkies végétant dans l’Angleterre 80’s de Thatcher, des fantômes post-punk qui n’allaient pas tarder à être ringardisés par la génération des raves, de l’ecsta et de l’Hacienda de Manchester. On l’a oublié, mais Transpotting était un film d’époque, qui parlait déjà de la morbidité de la nostalgie, de la nécessité de brûler les vaisseaux et de trahir ses amis d’enfance. Danny Boyle en est sans doute plus conscient que quiconque, vu qu’il filme aujourd’hui une réflexion rigolarde sur la crise de la quarantaine, mais qu’il avait DEJA 40 ans au moment du premier film. T2 Trainspotting est donc ce commentaire joyeusement ironique, mais jamais cynique, sur une pop culture en train de se mordre la queue, en boucle perpétuelle sur elle-même, et orchestre dans ces dernières minutes une jolie pirouette méta où vingt années d’obsession culturelle pour Trainspotting semblent se dissoudre dans les limbes du temps. L’ultime plan du film dit tout ça à la perfection, et incite tous les junkies de la nostalgie que nous sommes, les addicts à la mélancolie, à ouvrir les fenêtres et à respirer un bol d’air pur. Mais pourquoi aller voir Trainspotting 2, alors ? Oh, c’est juste en souvenir du bon vieux temps. Un dernier fix avant de décrocher pour de bon.