Date de sortie 28 janvier 2015
Durée 110 mn
Réalisé par Antoine Boutet
Scénariste(s) Antoine Boutet
Distributeur Zeugma
Année de production 2014
Pays de production France
Genre Film documentaire
Couleur Couleur

Synopsis

Le Nan Shui Bei Diao - Sud Eau Nord Déplacer - est le plus gros projet de transfert d'eau au monde, entre le sud et le nord de la Chine. Sur les traces de ce chantier national, le film dresse la cartographie mouvementée d'un territoire d'ingénieur où le ciment bat les plaines, les fleuves quittent leur lit, les déserts deviennent forêts, où peu à peu des voix s'élèvent, réclamant justice et droit à la parole. Tandis que la matière se décompose et que les individus s'alarment, un paysage de science-fiction, contre nature, se recompose.

Toutes les séances de Sud, eau, nord, déplacer

Photos de Sud, eau, nord, déplacer

DR
DR
Zeugma Films / Les Films du Présent / Sister Productions
Zeugma Films / Les Films du Présent / Sister Productions
Zeugma Films / Les Films du Présent / Sister Productions
Zeugma Films / Les Films du Présent / Sister Productions
Zeugma Films / Les Films du Présent / Sister Productions
Zeugma Films / Les Films du Présent / Sister Productions
Zeugma Films / Les Films du Présent / Sister Productions
Zeugma Films / Les Films du Présent / Sister Productions

Sud Eau Nord Déplacer (Documentaire)

Sud Eau Nord Déplacer (Documentaire)

Sud Eau Nord Déplacer (Documentaire)

Sud Eau Nord Déplacer (Documentaire)

Sud Eau Nord Déplacer (Documentaire)

Sud Eau Nord Déplacer (Documentaire)

Sud Eau Nord Déplacer (Documentaire)

Sud Eau Nord Déplacer (Documentaire)

Sud Eau Nord Déplacer (Documentaire)

Sud Eau Nord Déplacer (Documentaire)

Critiques de Sud, eau, nord, déplacer

  1. Première
    par Hendy Bicaise

    Des gestes, pas de mots, une poignée d’hommes creuse dans le désert pour écrire l’avenir... C’est un projet pharaonique : déplacer 50 milliards de mètres cubes d’eau pour fertiliser le nord de la Chine. Le gigantisme s’affiche partout, jusqu’aux banderoles de propagande louant ce chantier national. Tel un fleuve à plusieurs bras, le film se perd, se retrouve, suit les promoteurs satisfaits, puis les habitants relogés à la hâte. L’émotion afflue. Sur le rivage, le spectateur, lui, met du temps à reprendre son souffle.