Titre original Snowpiercer
Date de sortie 30 octobre 2013
Réalisé par Bong Joon-ho
Avec Chris Evans , Tilda Swinton , Song Kang-ho
Scénariste(s) Bong Joon-ho, Kelly Masterson
Distributeur Wild Side / Le Pacte
Année de production 2013
Pays de production Etats-Unis, France, Corée du Sud
Genre Film de science-fiction
Couleur Couleur

Synopsis

« Contrôler la Machine, c’est contrôler le Monde ! »2031. Une nouvelle ère glaciaire. Les derniers survivants ont pris place à bord du Snowpiercer, un train gigantesque condamné à tourner autour de la Terre sans jamais s’arrêter. Dans ce microcosme futuriste de métal fendant la glace, s’est recréée une hiérarchie des classes contre laquelle une poignée d’hommes entraînés par l’un d’eux tente de lutter. Car l’être humain ne changera jamais.Adaptation de la BD de Jacques Lob, Benjamin Legrand et Jean Marc Rochette, Le Transperceneige

Dernières News

La série Snowpiercer a trouvé son nouveau showrunner

Le créateur d'Orphan Black prend les commandes.

Photos

Snowpiercer - Le Transperceneige

Critiques

  1. Première
    par Thomas Agnelli

    Snowpiercer – Le Transperceneige devrait marquer l’histoire du cinéma SF. À dire vrai, le film ne ressemble à rien de connu. Les séquences liminaires peuvent évoquer des standards comme Soleil vert
    (Richard Fleischer, 1974), la suite, plus du tout. La représentation cauchemardesque du futur que proposait la bande dessinée d’origine faisait déjà froid dans le dos. Bong Joon-ho lui apporte un traitement unique. De Memories of Murder à Mother, en passant par The Host, le réalisateur a déjà prouvé par le passé qu’il savait véhiculer des émotions contradictoires dans une même scène. Il offre ici un film somme jamais sur des rails qui, au gré des différents compartiments, fait voyager d’une tonalité à une autre (du bouffon au tragique, du gore à la farce), d’un pays à un autre. Le cinéaste sud-coréen sidère autant par sa direction d’acteurs (Tilda Swinton, démentielle en créature-sbire) que par ses idées de mise en scène (mouvements de caméra, gestion de l’espace). La seule faiblesse réside peut-être dans le twist final, qui nous renvoie à des digressions verbeuses façon Matrix Reloaded sur le Créateur, le sens de la vie, notre condition de Sisyphe, etc. Mais pas d’accident ferroviaire pour autant : à l’instar des superproductions SF de Paul Verhoeven dans sa période hollywoodienne, les moyens colossaux ne brident jamais la folie baroque, le goût du mystère, les visées poétiques et la liberté d’un artiste qui, derrière les oripeaux du genre, balance une méchante parabole politique.