Date de sortie 22 février 2017
Réalisé par Audrey Dana
Avec Audrey Dana , Eric Elmosnino , Alice Belaïdi
Scénariste(s) Maud Ameline
Distributeur Wild Bunch
Année de production 2016
Pays de production france
Genre Comédie

Synopsis

Qui n’a jamais imaginé ce que ça ferait d’être dans la peau du sexe opposé, ne serait-ce qu’une journée ? Eh bien, pas Jeanne ! Fraîchement divorcée, séparée de ses enfants une semaine sur deux, pour elle les mecs c’est fini, elle ne veut plus jamais en entendre parler. Mais un beau matin, sa vie s’apprête à prendre un drôle de tournant, à première vue rien n’a changé chez elle… à un détail près ! De situations cocasses en fous rires avec sa meilleure amie, de panique en remise en question avec son gynéco, notre héroïne, tentera tant bien que mal de traverser cette situation pour le moins… inédite.

Dernières News

Rencontre avec les deux actrices du film Si j'étais un homme : Audrey Dana et Alice Belaïdi

"Le film est plus profond qu'une nana qui se réveille avec une b..".

Alibi.com et Si j'étais un homme à l'Alpe d'huez

Nouvelle journée au 20ème festival de comédie de l'Alpe d'Huez

Critiques

  1. Première
    par Pierre Lunn

    Il y avait de quoi avoir peur. Sa comédie girly Sous les jupes des filles fait encore cauchemarder certaines têtes pensantes du site. Et puis, avec son titre karaoké, Audrey Dana passe de Souchon à la chanteuse à coffre Diane Tell (le titre du film fait écho à sa chanson : Moi si j’étais un homme)… Il a les défauts de son premier long (le côté catalogue de situation, la provoc gratos et pas toujours aboutie), et pourtant, Si J’étais un homme se révèle plus drôle que prévu. C’est d’abord une comédie à pitch. Un matin, Jeanne, jeune mère célibataire se réveille avec un sexe d’homme entre les jambes. Commence alors une phase d’appropriation de ce drôle d’engin. A partir de là, le film hésite : satire à la Marivaux où l’on va de déguisements en quiproquos, délire social ; comédie gender à la Blake Edwards (Dana enfile même le chapeau de Victor, Victoria)… L’inversion des sexes permet surtout à Audrey Dana de s’amuser avec les clichés du genre. C’est parfois maladroit, parfois inaboutie (c’est quoi cette histoire d’orage ?), mais les seconds rôles canons (Christian Clavier en gynéco BCBG stupéfait et Alice Belaidi en confidente roublarde) sont les armes fatales de cette comédie XXL et XY qui est à l’image de l’actrice-réalisatrice : entière, franche, touchante et… culottée.