Titre original Boreg
Date de sortie 8 juillet 2015
Durée 89 mn
Réalisé par Shira Geffen
Avec Sarah Adler , Samira Saraya , Doraid Liddawi
Scénariste(s) Shira Geffen
Distributeur Paname Distribution
Année de production 2014
Pays de production ISRAËL
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Des crabes mélomanes, un casque rose fluo, un drôle de sac, un gâteau d’anniversaire, une biennale d’art contemporain, une ceinture d’explosifs, du rap palestinien, un Skype qui ne marche pas et un lit suédois à assembler mais pas assez de vis, vraiment pas assez de vis. Situations burlesques, coups du sort, deux jeunes femmes – Michal, artiste israélienne et Nadine, ouvrière palestinienne – vivant de chaque côté du mur de séparation, après une confusion à un check-point, se retrouvent à vivre la vie de l’autre.

Toutes les séances de Self Made

Photos de Self Made

DR
DR
Paname Distribution / Movie Plus Productions / United King Films
Paname Distribution / Movie Plus Productions / United King Films
Paname Distribution / Movie Plus Productions / United King Films
Paname Distribution / Movie Plus Productions / United King Films
Paname Distribution / Movie Plus Productions / United King Films
Paname Distribution / Movie Plus Productions / United King Films
Paname Distribution / Movie Plus Productions / United King Films
Paname Distribution / Movie Plus Productions / United King Films

Self Made

Self Made

Self Made

Self Made

Self Made

Self Made

Self Made

Self Made

Self Made

Self Made

Critiques de Self Made

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Après "Les Méduses" (2007), Shira Geffen poursuit sa chronique d’Israël à travers le regard d’héroïnes blessées, ici au nombre de deux. Il y a Michal, la plasticienne israélienne, femme bafouée mais privilégiée, et Nadine, l’ouvrière palestinienne, travailleuse pleine de courage mais fatiguée. Filmées dans des situations absurdes ou dramatiques, elles incarnent ad litteram les problématiques de la région, Geffen échouant cependant à rendre son film vivant et transgressif. L’artificialité du twist central (un échange de vies bien commode) renforce le côté binaire du propos.