Date de sortie 5 mars 2014
Durée 93 mn
Réalisé par Jean-Pierre Duret, Andréa Santana
Scénariste(s) Jean-Pierre Duret, Andréa Santana
Distributeur Aloest Distribution
Année de production 2013
Pays de production France
Genre Film documentaire
Couleur Couleur

Synopsis

De nombreux Français de tous âges connaissent aujourd’hui des fins de mois difficiles. Nous ignorons presque tout de ces vies, de leur intimité, de leur quotidien, de leur combat pour survivre. Stigmatisés sous des mots trompeurs et injustes, ils sont la face noire et muette de notre société telle que nous sommes en train de l’accepter.  Pourtant, en eux, il y a le désir de révolte, les rêves, la rage de vivre, et les mots pour le dire.  Seuls à leurs côtés, les bénévoles des associations d’entraide, une véritable armée de l’ombre, se donnent sans compter pour une idée de la justice et du bien commun.  Leurs énergies rassemblées nourrissent l’envie de continuer à vivre ensemble et tracent un chemin d’espoir pour tous. C’est le don fragile du cinéma de nous mettre de plein-pied avec ces fragments d’existence, à la fois offerts et pourtant si pudiques.

Offres VOD de Se battre

UniversCiné HD SD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Cinemasalademande HD SD Cinemasalademande 3.99 € Louer

Toutes les séances de Se battre

Photos de Se battre

DR
DR
DR
DR

Se Battre (Documentaire)

Se battre

Se battre

Se battre

Affiche Française

Critiques de Se battre

  1. Première
    par Isabelle Danel

    La France compte de plus en plus de travailleurs pauvres. Tourné à Givors, ce documentaire dresse le portrait de ces « invisibles » : rapport au travail, survie au quotidien grâce au Secours populaire, etc. Il y a le combat – au pied de la lettre – d’Eddy, jeune boxeur, et il y a les autres, les précaires permanents, les chercheurs d’emploi chronicisés. Sans pathos, les réalisateurs constatent. C’est effrayant, mais le courage et l’espoir subsistent. Comme le dit un retraité, bénévole d’une association solidaire : « C’est toujours ça de pris sur la bêtise et l’indifférence. »