Date de sortie 21 février 2007
Réalisé par Julien SERI
Avec Clovis Cornillac , Francis Renaud , Karine Rocher
Scénariste(s) Sylvie Verheyde, Cédric Jimenez, Julien SERI
Distributeur Bac Films
Année de production 2007
Pays de production français
Genre Drame, Action

Synopsis

Angelo ne vit que pour la boxe Thaï. Ecarté injustement des championnats, il tue accidentellement le challenger dans un combat de rue. A sa sortie après six ans de prison, c'est une épave. Mais par amour, il va changer, devenir un autre, une machine à cogner, à prendre des coups, à combattre. Il va devenir Scorpion. c'est le prix à payer pour gagner les combats clandestins sans règles et sans limites du free fight.

Photos

SCORPION (2006)

Film de Julien SERIClovis CORNILLAC

Critiques

  1. Première
    par Mathieu Carratier

    Pour ceux qui reprochent au cinéma français son manque de culot, Julien Seri et son producteur Cédric Jimenez ont tenté l’impossible: imaginer un film d’action romantique où tout, de la violence aux sentiments, est extrême. Un long-métrage avec une furieuse envie de vous en coller une (les combats, tétanisants, dont chaque coup fait vibrer l’estomac) sans pour autant sacrifier l’épaisseur de ses personnages (la petite touche féminine d’un script signé Sylvie Verheyde). Préparé pendant huit mois, métamorphosé, Clovis Cornillac envahit son rôle de boxeur brisé comme seule une poignée d’acteurs américains ose le faire. Si vous ne voyez qu’un des douze films dans lesquels il apparaîtra cette année, c’est celui là.

  2. Première
    par Eve Gimenez

    Après les Fils du vent, le réalisateur de Scorpion laisse de côté le free running au profit du free fight. Son deuxième long métrage est-il pourtant si différent ? Fidèle à lui-même, Julien Séri nous impressionne ici non pas avec des prouesses vertigineuses mais à grand renfort de scènes de combat impressionnantes, privilégiant encore la forme au fond. Sorte de mix entre Rocky et Fight Club, Scorpion laisse malgré tout une impression de déjà-vu. Comme dans Yamakasi, sur lequel il était scénariste, Julien Séri ne se lasse pas de nous raconter l’histoire d’un pauvre type issu d’un milieu modeste qui, grâce à sa volonté, parvient à surmonter la misère. Distrayant mais pas innovant.