Titre original Forgetting Sarah Marshall
Date de sortie 18 juin 2008
Réalisé par Nicholas Stoller
Avec Jason Segel , Kristen Bell , Russell Brand
Scénariste(s) Jason Segel
Distributeur Paramount Pictures France
Année de production 2008
Pays de production américain
Producteurs Judd Apatow Shauna ROBERTSON
Genre Comédie

Synopsis

Peter Bretter va de galère en galère. Il n'arrive pas à percer comme musicien et sa petite amie, Sarah Marshall, vient de le larguer. Il part à Hawaï pour se changer les idées mais, sur place, c'est le cauchemar, son ex est là aussi mais avec son nouveau mec.

Offres VOD

Videofutur SD Videofutur 1.99 € Louer
SFR SD SFR 2 € Louer
MYTF1VOD SD MYTF1VOD 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Dernières News

Paul Rudd, l’acteur qui ne vieillit pas

Après Keanu Reeves et Jared Leto, c’est la star d’Ant-Man qui fait l’objet de mèmes sur les réseaux sociaux.

Photos

Sans Sarah, Rien Ne Va!

Critiques

  1. Première
    par Mathieu Carratier

    (...) Sans Sarah tire le plein parti de son concept, à mi-chemin entre La rupture et Les femmes de ses rêves, et s'avère meilleur que les deux réunis.Après Steve Carell et Seth Rogen, Judd Apatow offre une nouvelle fois à l'un de ses poulains l'occasion de passer son examen de leadingman hollywoodien. Au milieu des hystériques à colliers à fleurs, Segel ne se démonte pas, assumant pleinement son statut de héros romantique improbable, donc forcément touchant. A l'image d'un film qui vous prend finalement autant par les sentiments que par la ceinture.

  2. Première
    par Eve Gimenez

    Une première lecture du synopsis, pourrait faire croire qu’il faut avoir atteint un niveau de fatigue extrême (ou être dans un état second) pour apprécier le film de Nicholas Stoller. Faux ! Cette comédie sentimentale catastrophe est loin d’être un désastre. Sur fond de paysages cartes postales, on assiste à une avalanche de gags dont aucun ne tombe à l’eau. Si on apprécie que pas une minute ne s’écoule sans que les répliques cinglantes fusent, on est aussi soulagé d’avoir échappé à l’énième version d’une histoire d’amour niaise et prévisible. La Judd Appatow’s touch (ici producteur) a encore marché…