Titre original La Jaula de Oro
Date de sortie 4 décembre 2013
Durée 102 mn
Réalisé par Diego Quemada-diez
Avec Brandon Lopez , Rodolfo Dominguez , Karen Martínez
Distributeur Pretty Pictures
Année de production 2013
Pays de production Mexique
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Juan, Sara et Samuel, 15 ans, fuient le Guatemala pour tenter de rejoindre les Etats-Unis. Au cours de leur traversée du Mexique, ils rencontrent Chauk, un indien tzotzil ne parlant pas espagnol et voyageant sans papiers. Les adolescents aspirent à un monde meilleur au-delà des frontières mexicaines mais très vite, ils vont devoir affronter une toute autre réalité.

Toutes les séances de Rêves d'or

Photos de Rêves d'or

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Rêves d'Or

Rêves d'Or

Rêves d'Or

Rêves d'Or

Rêves d'Or

 

Rêves d'Or

Rêves d'Or

Rêves d'Or

Rêves d'Or

Rêves d'Or

Les reves d'or

Les reves d'or

Les reves d'or

Reves d'or

SONY DSC

Les reves d'or

Les reves d'or

Les reves d'or

Les reves d'or

Les reves d'or

Les reves d'or

Les reves d'or

Les reves d'or

Critiques de Rêves d'or

  1. Première
    par Gérard Delorme

    Pour réaliser ce Rêves d’or dont le sujet rappelle un autre premier long métrage, Sin nombre (2009), de Cary Fukunaga, le réalisateur espagnol Diego Quemada-Diez a adopté une approche documentaire tout au long de la production. Avant même l’écriture du scénario, il a recueilli pendant des années les témoignages de plusieurs centaines de candidats au voyage. Il en a ensuite tiré une synthèse qui montre, à travers quelques personnages, l’essentiel des obstacles rencontrés au cours de cette entreprise périlleuse, dont le succès passe nécessairement par l’entraide. Sa méthode de tournage a consisté à mettre en situation les acteurs (non professionnels), à charge pour eux d’improviser. En résulte un réalisme très convaincant qui donne l’impression d’assister en direct aux événements, des plus touchants aux plus terribles. Par cette reproduction de la vie dans ce qu’elle a d’imprévisible, le film rappelle que personne n’est en sécurité. Pas même le spectateur.