Date de sortie 12 novembre 2014
Réalisé par Mélanie Laurent
Avec Joséphine Japy , Lou de Laâge , Isabelle Carré
Scénariste(s) Mélanie Laurent, Julien Lambroschini
Distributeur Gaumont
Année de production 2014
Pays de production FR
Genre Drame

Synopsis

Charlie, une jeune fille de 17 ans. L'âge des potes, des émois, des convictions, des passions. Sarah, c'est la nouvelle. Belle, culottée, un parcours, un tempérament. La star immédiate, en somme. Sarah choisit Charlie.Adaptation du roman de Anne-Sophie Brasme

Offres VOD

SFR HD SD SFR 2.99 € Louer
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 9.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 13.99  € Acheter
Imineo SD HD Imineo 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 9.99  € Acheter

Toutes les séances

Dernières News sur Respire

Photos

DR
DR
Gaumont / Move Movie / Mely Production
Gaumont / Move Movie / Mely Production
Gaumont / Move Movie / Mely Production
Gaumont / Move Movie / Mely Production
Gaumont / Move Movie / Mely Production
Gaumont / Move Movie / Mely Production
Gaumont / Move Movie / Mely Production
Gaumont / Move Movie / Mely Production
Gaumont / Move Movie / Mely Production
Gaumont / Move Movie / Mely Production
Gaumont / Move Movie / Mely Production
Gaumont / Move Movie / Mely Production
Gaumont / Move Movie / Mely Production

Respire

Respire

Respire

Respire

Respire

Respire

Respire

Respire

Respire

Respire

Respire

Respire

Respire

Respire

Respire

Critiques

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Creusant le sillon des "Adoptés", son premier film, Mélanie Laurent s’intéresse aux rapports passionnels entre filles, femmes et mères dans ce Respire, qui obéit aux règles du film d’ado mais aussi à celles du drame familial et du thriller. La cinéaste marche dans les pas de son héroïne, dont elle nous fait partager les états d’âme à l’égard des autres protagonistes : sa tendresse mâtinée de pitié envers sa mère, maltraitée par son mari ; son adoration ambivalente pour Sarah, électron libre qui souffre de son côté d’un manque de présence maternelle... La tension qui se noue progressivement entre ces filles perturbées – interprétées magnifiquement – procède d’une mécanique légèrement prévisible que la mise en scène de Mélanie Laurent parvient à masquer. Cruellement, toujours à bonne distance, la caméra enregistre les soubresauts de l’adolescence avec une rare justesse, jusqu’à l’irrespirable dénouement.