Titre original QUANTUM OF SOLACE
Date de sortie 31 octobre 2008
Réalisé par Marc Forster
Avec Daniel Craig , Judi Dench , Mathieu Amalric
Scénariste(s) Neal Purvis, Robert Wade, Paul Haggis
Distributeur Sony Pictures
Année de production 2008
Pays de production GB,US
Producteurs Michael G Wilson
Genre Action

Synopsis

Même s’il lutte pour ne pas faire de sa dernière mission une affaire personnelle, James Bond est décidé à traquer ceux qui ont forcé Vesper à le trahir. En interrogeant Mr White, 007 et M apprennent que l’organisation à laquelle il appartient est bien plus complexe et dangereuse que tout ce qu’ils avaient imaginé… Bond croise alors la route de la belle et pugnace Camille, qui cherche à se venger elle aussi. Elle le conduit sur la piste de Dominic Greene, un homme d’affaires impitoyable et un des piliers de la mystérieuse organisation. Au cours d’une mission qui l’entraîne en Autriche, en Italie et en Amérique du Sud, Bond découvre que Greene manoeuvre pour prendre le contrôle de l’une des ressources naturelles les plus importantes au monde en utilisant la puissance de l’organisation et en manipulant la CIA et le gouvernement britannique… Pris dans un labyrinthe de traîtrises et de meurtres, alors qu’il s’approche du vrai responsable de la trahison de Vesper, 007 doit absolument garder de l’avance sur la CIA, les terroristes et même sur M, afin de déjouer le sinistre plan de Greene et stopper l'organisation...

Offres VOD

MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 3.99 € Louer
FNAC HD SD FNAC 10.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 9.99  € Acheter

Dernières News

Les épisodes 2 qu'il aurait fallu casser

Brice de Nice aurait pu casser bien plus que l'épisode 2 de ses aventures.

Daniel Craig n’a pas encore officiellement quitté James Bond

L’acteur a signé dans une série US mais ne fait pas (encore) ses adieux à la saga. 

Photos

Quantum Of Solace

Critiques

  1. Première
    par Mathieu Carratier

    Quand James Bond s’injectait une dose d’adrénaline pour échapper à la mort dans Casino Royale, c’est toute la franchise qui venait de prendre un grand coup de défibrillateur. Accueillis par une ola planétaire, Martin Campbell et Daniel Craig avaient « rebooté » Bond, fuyant la caricature qu’était devenu le personnage (un cousin anglais de l’Inspecteur Gadget ?). Quantum of Solace bat le fer pendant qu’il est bouillant, démarrant quelques instants après son prédécesseur : 007, dévoré par sa soif de venger Vesper Lynd, remonte la piste de l’« écoterroriste » Dominic Greene. Plutôt que d’appuyer sur « Repeat » en espérant que la foudre frappe deux fois au même endroit, Marc Forster n’hésite pas à tirer la couverture du mythe à lui. Sur les bases de Casino Royale, il bâtit un film d’action implacable et sophistiqué qui perd en durée (1 h 47, court pour la saga) ce qu’il gagne en caractère. Bienvenue dans un Bond (encore) meilleur.

  2. Première
    par Jean-François Morisse

    Il y avait James Bond. C’était au XXe siècle. Puis il y eut Casino Royale. Un virage radical dans la mise en scène de l’univers de Ian Fleming parfaitement en ligne avec les aspirations actuelles des spectateurs (on retrouvera d’ailleurs ici l’évocation de la problématique environnementaliste – voir aussi Hellboy 2). Sans doute est-ce pour cela aussi que ce Quantum of Solace, sans être aussi événementiel que le précédent volet, emprunte un style qui n’est pas sans faire songer à celui de la saga des Bourne (La mémoire dans la peau and co). L’action omniprésente emmène le spectateur au milieu d’une débauche de cascades et d’effets spéciaux à couper le souffle alors que Daniel Craig incarne toujours ce James Bond froid et parfois cruel, mais toujours juste et efficace. Malgré quelques maladresses dans la mise en scène et le manque de lisibilité de certains passages d’action on reste durant plus d’1h45 sous le charme de Daniel Craig et de la belle Olga Kurylenko.